Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Amériques

Espionnage : le Brésil et le Mexique somment les États-Unis de s'expliquer

© Archives AFP | La présidente brésilienne Dilma Rousseff avec Barack Obama

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/09/2013

Brasilia et Mexico ont convoqué les représentants américains en poste dans leur pays afin qu'ils fournissent des explications sur l'espionnage présumé des présidents Dilma Rousseff et Enrique Peña Nieto mené par les États-Unis.

Les gouvernements du Brésil et du Mexique ont demandé, lundi 2 septembre, des explications officielles aux États-Unis, à la suite des accusations formulées la veille par la télévision brésilienne Globo TV d'espionnage des présidents Dilma Rousseff et Enrique Peña Nieto. Les ambassadeurs américains dans les deux pays ont par ailleurs été convoqués.

L'ambassadeur au Brésil, Thomas Shannon, a été sommé de s'expliquer sur cette "atteinte" potentielle à la souveraineté du Brésil, alors qu'en fin de semaine se tiendra le Sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, où la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, rencontrera son homologue américain, Barack Obama.

À l'agenda de la numéro un brésilienne figure également une visite d'État en octobre à Washington. Son éventuelle annulation n'a pas été évoquée par les autorités brésiliennes.

Le Mexique exige une "enquête exhaustive"

Le ministère mexicain des Affaires étrangères a également annoncé lundi dans un communiqué avoir convoqué l'ambassadeur des États-Unis à Mexico et adressé un télégramme diplomatique à Washington "exigeant une enquête exhaustive" sur ces allégations d'espionnage.

"Sans préjuger de la véracité de ces informations [...] le gouvernement du Mexique rejette et condamne fermement tout espionnage de citoyens mexicains", a indiqué la chancellerie dans son communiqué.

Selon les nouvelles révélations diffusées par la chaîne Globo TV dimanche soir, obtenues avec la collaboration du journaliste de "The Guardian" Glenn Greenwald, les États-Unis ont espionné fin 2012 les communications de la présidente brésilienne et de l'actuel président du Mexique Enrique Peña Nieto, lorsqu'il était candidat à la présidence.

Deuxième scandale depuis juillet

Ce scandale présumé survient deux mois après des révélations du quotidien "O Globo" indiquant que le Brésil avait fait partie d'un réseau de 16 bases d'espionnage des services secrets américains. Des informations que Brasilia avait prises au sérieux, demandant des explications à Washington et menaçant de porter l'affaire devant des organismes internationaux.

Le ministre brésilien de la Justice s’est rendu aux États-Unis la semaine dernière pour évoquer la question avec notamment le vice-président américain, Joe Biden. Mais il a déploré que Washington ait refusé une proposition brésilienne de négocier un accord bilatéral relatif aux activités d'espionnage.

Avec dépêches

Première publication : 03/09/2013

  • SCANDALE DES ÉCOUTES

    Prism : les chefs d'État brésilien et mexicain espionnés par la NSA

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Scandale Prism : la NSA aurait intercepté 56 000 courriels privés par an

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Affaire Snowden : comment Londres tente d'intimider le "Guardian"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)