Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pierre Claver Mbonimpa blessé par balles à Bujumbura

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

Moyen-orient

Israël reconnaît avoir effectué un exercice anti-missile en Méditerranée

© AFP

Texte par Sylvain ATTAL

Dernière modification : 03/09/2013

Après avoir dans un premier temps démenti, le ministère israélien de la Défense a admis avoir effectué, avec les États-Unis, un test de son système antimissile. Mardi matin, la Russie avait annoncé avoir détecté un tir de missiles en Méditerranée.

Le ministère israélien de la Défense a finalement admis avoir procédé, mardi 3 septembre, en Méditerranée, en liaison avec les États-Unis, à un test grandeur réelle de la dernière version de son système de défense anti-missile Arrow III. Washington et Jérusalem avaient dans un premier temps démenti toute implication après l’annonce par la Russie qu’elle avait détecté que deux missiles balistiques avaient été tirés en Méditerranée "en direction de la côte est", ce qui avait pu laisser croire qu’une frappe contre la Syrie avait été déclenchée.

Israël a affirmé que l’exercice de mardi matin s’est déroulé avec succès. Il consistait dans le tir, depuis un chasseur F-15, d’un missile cible "sparrow" qui simule un tir ennemi suivi d’un tir d’interception par le système Arrow III, dont la mission est de le détruire en vol. Apparemment donc rien qui contredise la première déclaration américaine selon laquelle "aucun missile n’a été tiré ce matin depuis un navire (américain) en Méditerranée".

Extrême nervosité

À la différence du système Patriot, la version dernier cri d’Arrow, développée par Israël avec le soutien financier des États-Unis, est capable d’intercepter jusqu’à 5 missiles à courte ou moyenne portée tirés en salve. Il ne procède pas par impact direct mais en déclenchant une forte explosion à proximité de la cible.

Depuis plusieurs semaines, Israël se dit prêt à faire face "à toute éventualité" en cas de frappe militaire américaine contre la Syrie, y compris à des tirs de représailles sur son territoire qu’ils viennent de Syrie, d’Iran, ou du Hezbollah libanais.

Questionné  aujourd’hui par "Le Figaro" sur une éventuelle riposte sur Israël en cas d’attaque contre la Syrie, le président Bachar al-Assad a refusé de dévoiler les intentions de Damas.

L’exercice de mardi matin, et surtout la manière dont il est porté à la connaissance du public, témoigne une fois de plus de l’extrême nervosité qui règne actuellement dans la région, même si le président américain Barack Obama a différé toute attaque contre la Syrie en attendant de consulter le Congrès, ce qui n’interviendra pas avant le 9 septembre.

Première publication : 03/09/2013

  • SYRIE

    Infographie : les puissances régionales divisées sur une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama gagne l'appui de l'influent John McCain

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ayrault : "le bombardement chimique syrien ne peut rester sans réponse"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)