Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Sans-cravates ou sans-culottes ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

FRANCE

France : débat à l'Assemblée sur une intervention en Syrie

© Capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2013

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault défend ce mercredi le principe d'une intervention en Syrie devant l'Assemblée nationale. Malgré les demandes de l'opposition, le débat ne sera pas suivi d'un vote.

Le Parlement débat, mercredi 4 septembre, sur le principe d’une intervention militaire en Syrie, une position ardemment défendue par le président François Hollande. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault veut convaincre les députés de la nécessité de "sanctionner" la Syrie.

Comme il l'a fait deux jours plus tôt à Matignon devant les représentants des deux Chambres du Parlement, Jean-Marc Ayrault doit présenter "les preuves" recueillies par les services de renseignements français de la responsabilité du président syrien Bachar al-Assad dans les bombardements à l'arme chimique du 21 août près de Damas. Dans le même temps, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius se prête au même exercice devant le Sénat. 

"Un raisonnement mais pas de preuves"

Ces débats parlementaires promettent d'être animés au vue du scepticisme affiché ces derniers jours par certains députés concernant la solidité des preuves françaises, imputant l'attaque chimique du 21 août au régime de Damas. En première ligne, le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, pour qui les documents déclassifiés présentés aux parlementaires montrent un "raisonnement mais pas de preuve".

De son côté, le président de l'UMP Jean-François Copé demande d'attendre les conclusions définitives des inspecteurs de l'ONU avant d'agir. "Ce serait une erreur de le faire trop vite dès lors que l'on a pas de certitude absolue", a fait savoir le président de l'UMP. "Il faut agir étape après étape", a-t-il ajouté. Enfin, le Front national soupçonne le gouvernement de "construire des preuves".


Autant de doutes qui poussent nombreux députés et sénateurs à exiger un vote au Parlement. Jean-Louis Borloo a été l'un des premiers à juger indispensable, en l'absence d'un feu vert de l'ONU, ce scrutin. À gauche, Jean-Luc Mélenchon comme le Parti communiste et les écologistes estiment qu'un vote du Parlement devrait aller "de soi".

Possibilité d'un vote au Parlement

Si, pour l'instant, aucun vote n'est prévu, il n'est pas exclu pour autant. "Au moment où le président de la République française aura en mains tous les éléments de la décision (...), il prendra sa décision, il s'adressera aux Français et devra trancher sur la question [d'un vote au Parlement]", a indiqué Laurent Fabius mercredi sur France Info. Près de trois Français sur quatre souhaitent que le Parlement se prononce par un vote avant une éventuelle intervention militaire en Syrie, selon un sondage CSA diffusé mardi par BFMTV.

Lors d'une conférence de presse à l'Élysée mardi, François Hollande s'est déclaré "toujours déterminé" à intervenir. Mais le président reste surtout suspendu à la décision des États-Unis.

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • SYRIE

    Menaces de Bachar al-Assad contre la France : "le risque est réel"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Syrie : Hollande affiche sa détermination sans se prononcer sur un vote au Parlement

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat américain s'accorde sur les contours d'une intervention en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)