Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

FRANCE

La droite s'oppose à une intervention en Syrie sans mandat de l'ONU

© Capture d'écran FRANCE 24 | Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2013

Au cours du débat parlementaire sur une intervention militaire française en Syrie, le président de l'UMP, principal groupe d'opposition à l'Assemblée nationale, a exprimé son refus à une "riposte" contre Bachar al-Assad, hors du cadre de l'ONU.

S'il a condamné l'"acte barbare, sauvage et inhumain" de l'usage des armes chimiques près de Damas le 21 août, Christian Jacob, chef du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a critiqué "une impasse diplomatique et militaire" du gouvernement et du président, mercredi 4 août lors du débat parlementaire sur la Syrie.

"La France peut-elle sérieusement, sans aucun allié européen, se lancer tête baissée dans une aventure de la sorte ? Nous ne le pensons pas", a lancé le président du groupe UMP, évoquant plus tard une France "isolée comme elle ne l'a jamais été, spectatrice de ce qui se passera le 9 septembre à Washington", alors qu'elle devrait être "alliée" mais non "alignée" sur les États-Unis.

François Hollande "ne doit pas s'étonner de se voir réclamer un vote"

Martelant que "le président de la République n'a pas reçu mandat de s'affranchir du cadre des Nations unies", Christian Jacob a prévenu que "si, d'aventure il venait à prendre cette lourde responsabilité, les députés de l'UMP ne le soutiendraient pas."

"François Hollande a convoqué le Parlement avant d'avoir pris quelque décision que ce soit. Qu'il ne s'étonne pas de se voir réclamer un vote. Avec cette convocation à contre-temps, il a pris le risque d'affaiblir la fonction présidentielle qui ne s'accommode pas d'indécision, d'atermoiement et de suivisme. Il a pris le risque d'affaiblir également l'Assemblée car les Français ne comprennent pas que leurs députés ne donnent pas le feu vert ou rouge à cette intervention", a estimé Christian Jacob. Et de marteler : "Vous ne pourrez échapper, d'une manière ou d'une autre, à un vote formel de l'Assemblée nationale."

Trois refus

Le député-maire de Provins (Seine-et-Marne) a aussi rappelé les deux préalables posés par son groupe à une intervention : "La publication du rapport de l'ONU sur l'utilisation des armes chimiques" et "une base juridique à intervenir et la légitimité d'un mandat de l'ONU".

Affirmant que les élus de son groupe avaient "ressenti une intense émotion en découvrant les images insoutenables de civils, d'enfants et d'adultes suffoquant avant de mourir", il a cependant considéré que c'est "à l'ONU seule de nous dire comment et par qui des gaz ont été utilisés".

Et "c'est le cœur lourd au regard de la cause qui pourrait justifier une riposte que nous exprimons trois refus : refus d'une action strictement militaire sans buts réels de guerre au-delà d'un coup de semonce ou d'une punition ; refus surtout d'une intervention isolée sans légitimité internationale ; refus enfin d'un renoncement, voire à certains égards d'un reniement de notre politique étrangère."

Autres voix à droite

Pour leur part, les centristes de l'UDI (Union des démocrates et indépendants), ont également posé leurs conditions à une intervention militaire. "Sans une coalition très large, sans la protection totale de nos compatriotes et de nos intérêts, sans un soutien d'un certain nombre d'Européens, sans l'accord de la Ligue arabe, sans un soutien de l'ONU soit par le Conseil de sécurité, soit par l'Assemblée générale en vertu de la résolution 377, et avant tout rapport validé par l'ONU, des frappes ne nous semblent pas possibles", a affirmé le député UDI du Nord, Jean-Louis Borloo.

Le Front national, qui n'est représenté à l'Assemblée que par deux députés, est lui vent debout contre le principe même d'une intervention. En interview sur BFMTV, Marine Le Pen a même soupçonné le gouvernement de "construire des preuves".

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • REPORTAGE

    Les députés syriens appellent la France à ne "pas soutenir les terroristes"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Syrie : Hollande affiche sa détermination sans se prononcer sur un vote au Parlement

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime a mené au moins trois attaques chimiques depuis avril, selon Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)