Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le rapt revendiqué par un groupe lié à l'EI

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un responsable chinois soupçonné de corruption meurt sous la torture

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2013

Un ingénieur chinois, soupçonné de corruption, est décédé en avril au cours d'une séance de torture pratiquée par six enquêteurs. Les forces de sécurité du pays sont régulièrement accusées par des organismes indépendants de recourir à la torture.

L’affaire remonte au mois d’avril et ne cesse depuis de faire parler d’elle. Yu Qiyi, un responsable chinois de 42 ans est mort noyé au cours d'une séance de torture destinée à lui faire avouer des faits présumés de corruption, a rapporté mercredi 4 septembre le quotidien chinois Jinghua Shibao.

Dévêtu de force et immergé à plusieurs reprises dans une baignoire remplie d'eau glacée, les enquêteurs n'ont mis fin à la séance de torture que lorsque Yu Qiyi a cessé de se débattre, a précisé le quotidien, en citant un rapport du bureau du procureur. Il a ensuite été conduit à l'hôpital où son décès a été déclaré quelques heures plus tard.

L'autopsie pratiquée sur le cadavre de l'homme a montré qu'il avait "ingéré des liquides" ayant causé une défaillance pulmonaire puis la mort, selon un compte-rendu médico-légal photographié et reproduit par le journal. Les proches de la victime ont par ailleurs constaté de multiples ecchymoses sur son cadavre.

"C'était un homme robuste avant d'être placé en détention. Mais il n'avait que la peau sur les os quand il est mort", a déclaré au quotidien Wu Qian, la femme de la victime.

Yu Qiyi était ingénieur en chef dans une société d'État installée à Wenzhou (est de la Chine). Depuis le début du mois de mars, il avait été placé en détention après qu'il eut été soupçonné de malversation à propos d'un contrat d'acquisition foncière.

Opacité de la lutte anti-corruption

Les six personnes chargées de l'interrogatoire, parmi lesquelles cinq membres de la commission de discipline du Parti communiste chinois, ont été inculpées de blessures volontaires et seront traduites en justice, a indiqué le Jinghua Shibao.

La nouvelle direction communiste chinoise a promis la plus grande fermeté face à la corruption qui ronge l'administration publique du pays et a lancé une campagne qui concerne même les hautes sphères du pouvoir.

Cette opération s'opère toutefois dans une grande opacité et s'appuie moins sur des considérations morales que sur des luttes de tendances, selon les analystes.

La police et les autres forces de sécurité chinoises sont régulièrement accusées par des organismes indépendants de recourir de façon habituelle à la torture pour extorquer des aveux et des informations.

 

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • CHINE

    Devant le PCC, Hu Jintao dénonce un pays gangréné par la corruption

    En savoir plus

  • CHINE

    Empêtré dans les scandales, un officiel chinois reconnaît être "lubrique", mais pas cupide

    En savoir plus

  • CHINE

    Wen Jiabao, un Premier ministre communiste et milliardaire ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)