Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un responsable chinois soupçonné de corruption meurt sous la torture

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2013

Un ingénieur chinois, soupçonné de corruption, est décédé en avril au cours d'une séance de torture pratiquée par six enquêteurs. Les forces de sécurité du pays sont régulièrement accusées par des organismes indépendants de recourir à la torture.

L’affaire remonte au mois d’avril et ne cesse depuis de faire parler d’elle. Yu Qiyi, un responsable chinois de 42 ans est mort noyé au cours d'une séance de torture destinée à lui faire avouer des faits présumés de corruption, a rapporté mercredi 4 septembre le quotidien chinois Jinghua Shibao.

Dévêtu de force et immergé à plusieurs reprises dans une baignoire remplie d'eau glacée, les enquêteurs n'ont mis fin à la séance de torture que lorsque Yu Qiyi a cessé de se débattre, a précisé le quotidien, en citant un rapport du bureau du procureur. Il a ensuite été conduit à l'hôpital où son décès a été déclaré quelques heures plus tard.

L'autopsie pratiquée sur le cadavre de l'homme a montré qu'il avait "ingéré des liquides" ayant causé une défaillance pulmonaire puis la mort, selon un compte-rendu médico-légal photographié et reproduit par le journal. Les proches de la victime ont par ailleurs constaté de multiples ecchymoses sur son cadavre.

"C'était un homme robuste avant d'être placé en détention. Mais il n'avait que la peau sur les os quand il est mort", a déclaré au quotidien Wu Qian, la femme de la victime.

Yu Qiyi était ingénieur en chef dans une société d'État installée à Wenzhou (est de la Chine). Depuis le début du mois de mars, il avait été placé en détention après qu'il eut été soupçonné de malversation à propos d'un contrat d'acquisition foncière.

Opacité de la lutte anti-corruption

Les six personnes chargées de l'interrogatoire, parmi lesquelles cinq membres de la commission de discipline du Parti communiste chinois, ont été inculpées de blessures volontaires et seront traduites en justice, a indiqué le Jinghua Shibao.

La nouvelle direction communiste chinoise a promis la plus grande fermeté face à la corruption qui ronge l'administration publique du pays et a lancé une campagne qui concerne même les hautes sphères du pouvoir.

Cette opération s'opère toutefois dans une grande opacité et s'appuie moins sur des considérations morales que sur des luttes de tendances, selon les analystes.

La police et les autres forces de sécurité chinoises sont régulièrement accusées par des organismes indépendants de recourir de façon habituelle à la torture pour extorquer des aveux et des informations.

 

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • CHINE

    Devant le PCC, Hu Jintao dénonce un pays gangréné par la corruption

    En savoir plus

  • CHINE

    Empêtré dans les scandales, un officiel chinois reconnaît être "lubrique", mais pas cupide

    En savoir plus

  • CHINE

    Wen Jiabao, un Premier ministre communiste et milliardaire ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)