Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

Economie

Au Liban, la sécurité passe aussi par des applications mobiles

© Capture d'écran LAF Shield - iPhone

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/09/2013

L’armée libanaise vient de rejoindre la liste des développeurs d’applications pour téléphone portable qui cherchent à aider la population à faire face au regain d’incidents sécuritaires dans le pays du Cèdre.

La crise syrienne n’en finit pas de déborder chez le voisin libanais. Vagues de réfugiés qui
franchissent la frontière, attentats à la voiture piégée comme à Tripoli le 23 août et “multiplication des incidents sécuritaires” pour reprendre la terminologie de l’armée libanaise : le climat au pays du Cèdre est de plus en plus pollué par le conflit syrien.

Pour y faire face, des entreprises privées ainsi que l’armée libanaise font dans le high-tech. Cette dernière propose, depuis une semaine, une application pour smartphones (iPhone et Android) censée faciliter le dialogue entre les militaires et les citoyens et favoriser la remontée d’informations sur des incidents.

Baptisée LAF (Lebanese Army Force) Shield, cette application permet aux Libanais de signaler et géolocaliser en temps réel une vaste palette de délits ou menaces. L’utilisateur peut ainsi envoyer une photo, un son ou encore une vidéo s’il est témoin d’un kidnapping, d’une attaque à main armée, voire d’un viol de frontière ou même d’une invasion armée. Il peut aussi rapporter la présence d’un colis suspect ou d’une voiture qu’il pense être piégée. LAF Shield propose également une carte des zones à risque et des régions à éviter pour des raisons de sécurité.

Mieux : une personne qui se trouverait “en grave danger” peut, grâce à un bouton “SOS”, envoyer instantanément sa localisation à l’armée. Les militaires, qui n’ont pas défini
les contours de ce qu’est un “grave danger”, ne disent pas s’ils croulent sous les appels au secours depuis la sortie de l’application. Les Libanais qui veulent bénéficier de ces services doivent fournir leur nom et leur numéro de téléphone afin, officiellement, “de réduire le risque de fausses déclarations”.

Savoir où se passent des combats

LAF Shield est peut-être la première application officielle de l’armée libanaise mais elle n’est pas la seule à tenter de réduire les risques sécuritaires liés à la crise syrienne. L'armée libanaise s'est ainsi clairement inspirée de Ma2too3a. Depuis septembre 2012, cette application propose, en effet, une carte en temps réel de tous les incidents, tels que signalés par les mobinautes, au Liban. Des petits points indiquent les incendies de pneus, les manifestations, les combats armés et autres dangers potentiels. Après s'être intéressé au Liban uniquement, Ma2too3a a élargi ces derniers mois son champ d’action et se présente comme une application qui recense tous les événements qui créent des perturbations du trafic dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

Enfin, un chef d’entreprise libanais, Firas Wazneh, développe depuis près d’un an une application qui permettrait aux Libanais de savoir à la rue près où se déroule des combats armés. “Way to Safety” identifie précisément d'où proviennent des échanges de coups de feu grâce à des enregistrements audio que les utilisateurs envoient, précise le quotidien économique britannique "The Financial Times". Mais l'application, d'après sa description sur le profil LinkedIn de Firas Wazneh, permet aussi de déterminer quelles armes à feu sont utilisées et le nombre de balles tirées en comparant les sons à une base de données créée par l'entreprise.

Première publication : 04/09/2013

  • LIBAN

    Deuil national au Liban au lendemain du double attentat de Tripoli

    En savoir plus

  • SYRIE - LIBAN

    Au Liban, la difficile scolarisation des enfants réfugiés syriens

    En savoir plus

  • LIBAN

    Attentat meurtrier dans le fief du Hezbollah à Beyrouth

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)