Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Moyen-orient

Armes chimiques : la Russie prête à agir "résolument" en Syrie en cas de preuves

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2013

Le président russe, Vladimir Poutine, a affirmé que Moscou était "résolument" prêt à agir en Syrie si les Occidentaux fournissaient des preuves de l'utilisation d'armes chimiques par le régime de Damas.

La Russie serait prête à agir "résolument", voire même à soutenir une action armée en Syrie, si les Occidentaux présentaient à l'ONU des "preuves convaincantes" de l'usage d'armes chimiques par le pouvoir syrien, a déclaré, mercredi 4 septembre, le président russe, Vladimir Poutine.

"S'il y a des informations selon lesquelles des armes chimiques ont été employées, et employées par l'armée régulière [de Syrie], alors ces preuves doivent être présentées au Conseil de sécurité de l'ONU [...] Et elles doivent être convaincantes, a martelé le numéro un russe dans une interview à la chaîne publique Pervyi Kanal. Après cela, nous sommes prêts à agir le plus résolument et sérieusement possible."

Le chef de l'État a par ailleurs souligné que, dans le cas contraire, une intervention militaire en Syrie sans l'aval du Conseil de sécurité serait à considérer comme une "agression". "Selon le droit international, seul le Conseil de sécurité de l'ONU peut décider de l'usage des armes contre un État souverain. Tout autre prétexte, moyen qui justifierait l'usage de la force vis-à-vis d'un État indépendant et souverain sera inacceptable et ne pourra être qualifié que d'agression", a-t-il assuré.

Le président russe avait précédemment fait état d'"opinion" selon laquelle les vidéos d'enfants tués lors des bombardements chimiques seraient une "compilation réalisée par des bandits liés à Al-Qaïda".

Moscou suspend ses livraisons de missiles S-300 à la Syrie

Vladimir Poutine a par ailleurs indiqué que la Russie, principal soutien du régime de Bachar al-Assad, avait suspendu ses livraisons à Damas de batteries sol-air S-300, des systèmes de défense anti-aérienne et anti-missile perfectionnés équivalents du Patriot américain. "Nous avons un contrat de livraison de S300, nous avons fourni certains composants, mais nous n'avons pas achevé nos livraisons, nous les avons pour l'instant suspendues", a-t-il déclaré

En juin, il avait affirmé que Moscou n'avait pas "pour l'instant" livré de S-300 à la Syrie pour ne pas "rompre l'équilibre des forces".

Depuis le début de la crise syrienne, en mars 2011, la Russie a fait usage à trois reprises de son droit de veto de membre permanent du Conseil de sécurité pour bloquer des projets de résolution qui auraient condamné le régime de Bachar al-Assad.

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Vote sur la Syrie : les leaders républicains se rangent derrière Obama

    En savoir plus

  • SYRIE

    Menaces de Bachar al-Assad contre la France : "le risque est réel"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Infographie : les puissances régionales divisées sur une intervention en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)