Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

#ActuElles

Tacler le harcèlement, un hashtag à la fois

En savoir plus

REPORTERS

Turkménistan : les Jeux du dictateur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec la Fiac, la fièvre de l'art contemporain gagne Paris... et la campagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

Amériques

Une commission du Sénat américain approuve les frappes contre la Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/09/2013

Les sénateurs de la commission des Affaires étrangères ont approuvé, mercredi, par 10 voix contre 7, le projet de frappes militaires en Syrie. Les parlementaires pourront commencer à en débattre dès lundi.

C’est un premier pas vers un projet de résolution autorisant l'usage de la force armée en Syrie. La commission des Affaires étrangères du Sénat américain a approuvé mercredi 4 septembre un projet de frappes militaires contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, ouvrant la voie à un débat en plénière dès lundi prochain au Sénat, à la rentrée parlementaire.

La Chambre des représentants à majorité républicaine et le Sénat à majorité démocrate devraient donc commencer à débattre dès le début de la semaine prochaine.

"Changer la dynamique sur le champ de bataille"

Les sénateurs de la commission ont voté par 10 voix contre 7 en faveur d'une intervention "limitée" en Syrie, d'une durée maximale de 60 jours avec la possibilité de la prolonger à 90 jours, sans déploiement de troupes au sol. Seul un groupe de démocrates et républicains s'est opposé à la mesure.

La version adoptée mercredi par la commission du Sénat précise, comme l'exigeait le républicain John McCain, que la politique officielle des États-Unis vise à "changer la dynamique sur le champ de bataille en Syrie". "Tant que Bachar al-Assad n'est pas persuadé qu'il va perdre, il sera impossible de négocier avec lui un accord pacifique ou son départ du pouvoir", a déclaré John McCain, fervent interventionniste dans le conflit.

Plusieurs projets de texte circulaient, mais les dirigeants républicains n'avaient pas encore officialisé de projet de résolution. Les deux chambres devraient vraisemblablement voter des textes différents, qui devront ensuite être harmonisés.

Depuis Stockholm, le président Barack Obama s'est dit persuadé que le Congrès voterait en faveur d'une résolution l'autorisant à frapper le régime Assad. "Je pense que le Congrès l'approuvera parce que [...] si la communauté internationale ne parvient pas à faire respecter certaines règles [...] au fil du temps, le monde deviendra un endroit moins sûr", a-t-il plaidé.

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat américain s'accorde sur les contours d'une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Vote sur la Syrie : les leaders républicains se rangent derrière Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama gagne l'appui de l'influent John McCain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)