Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Amériques

Une commission du Sénat américain approuve les frappes contre la Syrie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/09/2013

Les sénateurs de la commission des Affaires étrangères ont approuvé, mercredi, par 10 voix contre 7, le projet de frappes militaires en Syrie. Les parlementaires pourront commencer à en débattre dès lundi.

C’est un premier pas vers un projet de résolution autorisant l'usage de la force armée en Syrie. La commission des Affaires étrangères du Sénat américain a approuvé mercredi 4 septembre un projet de frappes militaires contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, ouvrant la voie à un débat en plénière dès lundi prochain au Sénat, à la rentrée parlementaire.

La Chambre des représentants à majorité républicaine et le Sénat à majorité démocrate devraient donc commencer à débattre dès le début de la semaine prochaine.

"Changer la dynamique sur le champ de bataille"

Les sénateurs de la commission ont voté par 10 voix contre 7 en faveur d'une intervention "limitée" en Syrie, d'une durée maximale de 60 jours avec la possibilité de la prolonger à 90 jours, sans déploiement de troupes au sol. Seul un groupe de démocrates et républicains s'est opposé à la mesure.

La version adoptée mercredi par la commission du Sénat précise, comme l'exigeait le républicain John McCain, que la politique officielle des États-Unis vise à "changer la dynamique sur le champ de bataille en Syrie". "Tant que Bachar al-Assad n'est pas persuadé qu'il va perdre, il sera impossible de négocier avec lui un accord pacifique ou son départ du pouvoir", a déclaré John McCain, fervent interventionniste dans le conflit.

Plusieurs projets de texte circulaient, mais les dirigeants républicains n'avaient pas encore officialisé de projet de résolution. Les deux chambres devraient vraisemblablement voter des textes différents, qui devront ensuite être harmonisés.

Depuis Stockholm, le président Barack Obama s'est dit persuadé que le Congrès voterait en faveur d'une résolution l'autorisant à frapper le régime Assad. "Je pense que le Congrès l'approuvera parce que [...] si la communauté internationale ne parvient pas à faire respecter certaines règles [...] au fil du temps, le monde deviendra un endroit moins sûr", a-t-il plaidé.

Avec dépêches

Première publication : 04/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Le Sénat américain s'accorde sur les contours d'une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Vote sur la Syrie : les leaders républicains se rangent derrière Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Syrie : Barack Obama gagne l'appui de l'influent John McCain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)