Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 05/09/2013

"Météo glaciale à Saint-Pétersbourg"

© France 24

Presse française, Jeudi 5 septembre. Au menu de la presse française ce matin, l’ouverture du G20 en Russie, sur fond de tensions internationales au sujet de la Syrie. Et un classement qui fâche : le énième sur le "déclin" français.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, le débat prévu aujourd’hui au Parlement sur l’engagement de la France en Syrie.
 
C’est un débat qui "divise la gauche et la droite", selon le Figaro. Le journal explique que la majorité est dans l’ensemble favorable à la fermeté du gouvernement, mais que des différences s’expriment sur l’opportunité ou non d’un vote préalable des parlementaires, et d’agir ou non sous mandat de l’ONU, la gauche de la gauche, elle, est hostile à toute intervention, tandis que l’opposition apparaît tout aussi divisée que la majorité. S’il se décidait à consulter le Parlement, le gouvernement ne devrait toutefois pas rencontrer de difficulté majeure. A l’image d'Edouard Balladur, qui s’exprime dans le Figaro, la classe politique française semble majoritairement acquise à une intervention, estimant dans son ensemble, tout comme l’ex-Premier ministre, qu’il "faut agir" parce que ce qui s’est produit est "un véritable crime contre l’humanité". Oui, reconnaît Edouard Balladur, l’Occident a fermé les yeux lorsque Saddam Hussein gazait les Kurdes, mais "ce n’est pas une raison pour recommencer". Non, estime-t-il, un vote n’est pas nécessaire.
 
Sur ce sujet, le Figaro ne se prononce pas vraiment, mais il estime que "le bon sens aurait voulu que le Parlement français fût saisi après la décision du Congrès américain, et non avant", ce qui aurait évité de "débattre d’une éventuelle participation à une guerre qui pourrait être décidée par d’autres".
 
La guerre civile en Syrie "fragmente" les familles politiques françaises, confirme Libération, qui plaide en faveur d’un vote qui permettrait "d'asseoir la légitimité" d’une intervention. Libé voit dans les divisions françaises le reflet des "multiples fractures qui traversent la communauté internationale", elles-mêmes "à la mesure du lamentable échec des nations à faire face au boucher Bachar el-Assad".
 
Favorable également à une consultation du Parlement, l’Humanité est hostile à une intervention française sans l’aval de l’ONU. L’Huma demande à François Hollande de permettre à la France de "retrouver sa voix singulière", cette voix entendue en 2003, lorsque la France avait refusé de s’engager en Irak.
 
Aujourd’hui en pointe sur le dossier des frappes, la France se montrerait toutefois "réticente à accueillir des réfugiés syriens sur son territoire", d’après le Monde. Paris n’aurait accepté que 700 réfugiés depuis janvier.
 
A noter également aujourd’hui, la visite de François Hollande et du président allemand Joachim Glauck à Oradour-sur-Glane, dont la population avait été massacrée par une division SS le 10 juin 1944. L’hommage au victimes fait la Une de la Croix, qui rappelle que "la barbarie, et les crimes contre l’humanité ne sont l’apanage d’aucun camp, d’aucune époque", et que l’Europe est née de l’aspiration à la paix, d’une Histoire et de crimes "dont Oradour-sur-Glane est l’un des symboles".
 
Oradour dont les habitants ont appris à vivre avec les fantômes du passé. Claude Milord, 61 ans, fils d’une survivante, en témoigne à Libération.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/08/2017 Revue de presse française

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 21 août, le retour d’Emmanuel Macron à, l’Elysée, où l’attend l’épineux dossier de la réforme du Code du travail. L’hommage de...

En savoir plus

21/08/2017 Revue de presse internationale

"Il s'appelait Julian Cadman"

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 21 août, l’enquête sur les attentats de Barcelone et Cambrils, qui ont provoqué la mort de 14 personnes, dont celle du...

En savoir plus

17/08/2017 Revue de presse

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

A la une de cette revue de presse internationale du 17 août : l'attitude de Donald Trump continue de faire couler l'encre aux Etats-Unis, la plainte devant la Cour Suprême...

En savoir plus

17/08/2017 Tabac

L'Europe face au défi des "revenants"

À la une de la presse française du 17 août : la consommation de tabac des Français qui ne diminue pas malgré l'instauration du paquet neutre, le journaliste Loup Bureau toujours...

En savoir plus

16/08/2017 Revue de presse internationale

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

À la une de cette revue de presse internationale du 16 août : Donald Trump renvoie une nouvelle fois dos à dos suprémacistes blancs et militants anti-fascistes. Également au...

En savoir plus