Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Economie

Europe : jouer à "Angry Birds" est bon pour l'emploi

© Dougbellshaw/Flickr

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/09/2013

Le jeune marché européen des applications mobiles a déjà contribué à créer près de 800 000 emplois, selon une étude parue le 4 septembre. Un domaine dans lequel l’Union européenne peut faire encore mieux, estiment les auteurs du rapport.

Quel secteur d’activité a contribué, en ces temps de morosité économique, à la création de 794 000 emplois de façon directe ou indirecte en cinq ans dans l’Union européenne (UE) ? Celui des applications pour smartphones et tablettes tactiles, d’après l’Association for Competitive Technology (ACT), un lobby américain de développeurs de ces petits logiciels qu’on peut télécharger sur son téléphone. L'organisation a présenté mercredi 4 septembre, à Bruxelles, l’une des premières études, réalisée par les cabinets Vision Mobile et Plum Consulting, à évaluer l’impact économique dans l’UE de ce secteur depuis la création des premiers “App stores” en 2008.

Dans le détail, cette jeune industrie, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 10,2 milliards d’euros en 2012 dans l’Union européenne, a permis la création de 529 000 emplois directs (développeurs, marketing, graphistes) et de 265 000 emplois indirects dans d’autres branches comme les médias, l’éducation ou la santé. “C’est une sacrée performance pour un secteur qui n’existait même pas il y a encore quelques années”, a commenté Neelie Kros, vice-présidente de la Commission européenne et responsable de l’agenda digital de l’UE.

Et les auteurs de ce rapport prédisent encore quelques lendemains qui chantent. “Nous pensons que ce secteur va croître d’environ 10% encore pendant deux ou trois ans avec le développement de nouvelles technologies telles que la 4G et des appareils de plus en plus perfectionnés”, prévoit Brian Williamson, l’un des co-auteurs de l’enquête et associé à Plum Consulting, contacté par FRANCE 24.

22% du marché mondial

Certes, l’ACT a tout intérêt à peindre en rose la situation de cette industrie. “C’est vrai que 800 000 emplois, cela peut paraître beaucoup, surtout si on le compare aux 600 000 que le secteur a contribué à créer aux États-Unis, qui restent tout de même le pays en pointe dans ce domaine”, reconnaît à FRANCE 24 John Breslin, responsable du projet européen Eurapp qui étudie pour le compte de l’UE l’économie des applications pour mobiles. Ainsi, avec 22% de la production mondiale d’applications pour smartphones, l’Europe est loin derrière les États-Unis (42%), tout en devançant encore l’Asie (18%).

Pour autant, ce spécialiste juge l’impact en terme d’emplois “réaliste”. “Si on compare les populations [500 millions en Europe et 314 millions aux États-Unis, NDLR], et en se fondant sur ce que nous avons pu observer jusqu’à présent, ces estimations me semblent sérieuses”, souligne le responsable d’Eurapp qui doit sortir prochainement sa propre étude sur la question. Il souligne, en outre, que certaines des plus belles success-stories du secteur, notamment dans le jeu vidéo pour smartphones, telles que le Finlandais Rovio et ses "Angry Birds" ou le Français Gameloft, viennent du Vieux Continent.

Reste que les auteurs du rapport appellent à ne pas s’en tenir aux acquis. Certes, le syndrome Nokia, le géant déchu des télécoms qui après cinq ans de descente aux enfers économiques vient d’être racheté par Microsoft, ne menace pas pour l’heure ce secteur. Mais au vu de la vitesse à laquelle les technologies évoluent, l’étude demande à Bruxelles de prendre les devants pour éviter un décrochage avec les États-Unis ou de se faire rattraper par l’Asie. “La priorité devrait être d’étudier les réglementations secteur par secteur dans chaque pays pour les adapter à l’ère de la mobilité”, affirme Brian Williamson. Ainsi des incitations pour utiliser des applications pour smartphones dans le domaine de l’éducation ou de la santé pourraient favoriser les créations d’entreprises. Une plus grande flexibilité du marché du travail permettrait également à des start-up de se développer plus facilement. “Aujourd’hui, une jeune entreprise va hésiter à embaucher car en cas de difficultés financières elle aurait du mal à licencier des salariés”, souligne Brian Williamson.

John Breslin, de son côté, identifie d’autres priorités. “Les chefs d’entreprise que nous avons interrogés se plaignent surtout d’avoir du mal à trouver des fonds ou certains profils techniques à recruter”, souligne-t-il. Pour lui, il faudrait donc avant tout inciter les investisseurs et les banques à prêter davantage à ces jeunes entreprises et développer des formations mieux adaptées au marché.

Première publication : 05/09/2013

  • TECHNOLOGIES

    Au Liban, la sécurité passe aussi par des applications mobiles

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Microsoft fait main basse sur Nokia

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Fairphone, le petit smartphone équitable

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)