Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

Moyen-orient

Obama refuse d'indiquer s'il interviendra en Syrie malgré un non du Congrès

© Capture d'écran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/09/2013

En clôture du G20, le président américain a plaidé une nouvelle fois pour une intervention en Syrie. Il s'adressera aux Américains mardi depuis la Maison Blanche pour tenter de convaincre l'opinion et le Congrès du bien fondé d'une action militaire.

À l’occasion de son discours de clôture du G20, vendredi 6 septembre, à Saint-Pétersbourg, Barack Obama a largement évoqué le conflit syrien, tenant le même discours auquel il s’est adonné toute la semaine. Le président américain a ainsi plaidé en faveur d’une "action limitée et proportionnelle pour répondre à l’utilisation d’armes chimiques" par le régime de Bachar al-Assad. Action n’ayant, toutefois, pas pour but de faire tomber le président syrien.

Obama demande au Pentagone d'élargir la liste des frappes

Afin d’expliquer clairement ses intentions aux Américains et de convaincre le Congrès du bien fondé d’une action militaire, Barack Obama a annoncé qu’il s'adresserait à la nation depuis la Maison Blanche mardi 10 septembre. "Je veux continuer à consulter le Congrès ainsi que mes collègues à travers le monde pour leur prouver qu’il faut agir et prendre une décision dans les jours qui suivent", a-t-il affirmé.

Obama assure que la majorité est de son côté

La possibilité que le scénario britannique se produise et que le Congrès vote non à l’intervention militaire n’est pour l’heure pas envisagée par le président américain, qui dit ne pas vouloir "spéculer" sur cette éventualité. Il a par ailleurs refusé d'indiquer s'il se plierait à un vote négatif des élus américains, laissant la porte ouverte à d'éventuelles frappes contre l'avis du Congrès.

Soucieux de rassembler un maximum de soutiens, Barack Obama a assuré, devant la presse, que la majorité des dirigeants réunis au G20 estime, tout comme les États-Unis, que Bachar al-Assad est responsable de l’utilisation d’armes chimiques, ce que conteste la Russie. Reste à convaincre cette majorité silencieuse de se rallier à la cause américaine.

"Nous ne serons jamais d’accord avec Poutine"

Alors que son entretien prévu avec Vladimir Poutine avait été annulé début août, en pleine affaire Snowden, Barack Obama a finalement annoncé qu’il avait pu discuter avec son homologue russe. "Nous avons eu une conversation sincère et constructive en marge de la plénière durant laquelle j’ai déclaré à M. Poutine que je ne m’attendais pas à être d’accord avec lui sur la question syrienne." Et d’ajouter : "Peut-être qu’après le rapport des experts de l’ONU en Syrie, il sera plus dur pour lui de maintenir sa position actuelle".

Selon Barack Obama, Moscou et Washington s’accordent, en revanche, sur le fait que "le conflit ne peut se résoudre que par une transition politique qui doit être établie à l’occasion du sommet de Genève II", pour lequel aucune date n'a encore été fixée malgré les appels répétés de l'ONU.

Avec dépêches

Première publication : 06/09/2013

  • RUSSIE

    Le G20 se termine, statu quo sur le dossier syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : une ancienne vidéo d'exactions de rebelles embarrasse Washington

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une commission du Sénat américain approuve les frappes contre la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)