Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

FRANCE

Journée de mobilisation pour les deux journalistes français otages en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/09/2013

Trois mois après l'enlèvement des journalistes Didier François et Edouard Elias sur la route d'Alep, en Syrie, des rassemblements sont organisés vendredi dans plusieurs villes de France pour réclamer leur libération.

Cela fait trois mois jour pour jour que les journalistes Didier François et Edouard Elias ont été enlevés en Syrie. Vendredi 6 septembre, des rassemblements ont été organisés dans plusieurs villes de France pour réclamer leur libération. Cette journée de mobilisation doit "faire en sorte" que la libération des deux otages soit "sur le dessus de la pile" des priorités des autorités françaises, a expliqué Serge July, coprésident du comité de soutien, lors d'un rassemblement à Lille.

Vendredi, à l'appel du comité de soutien aux deux otages et de Reporters sans frontières (RSF), les portraits des deux reporters ont été affichés dans la matinée sur la façade des hôtels de ville de Lille et Bordeaux et de l'hôtel de la région Aquitaine. Les conseils généraux de l'Essonne et du Bas-Rhin, les mairies de Paris, Marseille ou encore Chamonix, et la région Alsace devaient faire de même dans la journée.

Dès jeudi soir, à Perpignan, des centaines de spectateurs du festival Visa pour l'image, le rendez-vous mondial du photojournalisme, ont observé une minute de silence.

Les otages seraient vivants

Enlevés le 6 juin sur la route d'Alep, Didier François, grand reporter à Europe 1, et Edouard Elias, un photographe indépendant missionné par la radio, "sont détenus par un groupe qui se réclame de la résistance", a indiqué Serge July.  "Il n'y aucune revendication, en tout cas publique, qui nous soit parvenue. Il n'y a pas une vidéo, comme on a eu dans la plupart des prises d'otages que nous avons eues (...). Mais les autorités françaises ont la certitude qu'ils sont vivants", a assuré le cofondateur du journal "Libération", selon lequel "la crise avec la Syrie autour des armes chimiques" pourrait "retarder" leur libération.

Martine Aubry, maire de Lille, s'est exprimée à son tour : "Nous ne pouvons espérer qu'une seule chose, c'est d'abord que Bachar al-Assad reçoive de la part de la communauté internationale la réponse appropriée pour arrêter ces horreurs et notamment l'utilisation des armes chimiques, et que si c'est bien la résistance qui détient les deux journalistes, qu'elle en tire toute conséquence pour pouvoir leur permettre de retrouver la liberté et continuer leur métier", a indiqué la socialiste.

Douze autres journalistes détenus en Syrie

Didier François et Edouard Elias "ont été enlevés parce que journalistes", comme 12 autres journalistes professionnels actuellement détenus en Syrie, a de son côté insisté Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Depuis le début du conflit en mars 2011, qui a fait 100 000 morts, "près de 100 acteurs de l'information (...) sont morts parce qu'ils voulaient témoigner, rapporter des informations", a-t-il rappelé.

Une pétition en faveur de la libération de Didier François et Edouard Elias a recueilli plus de 6 500 signatures, selon leur comité de soutien, qui poursuivra les initiatives "tant que durera leur détention".

Avec dépêches

Première publication : 06/09/2013

  • FRANCE

    Les deux journalistes français enlevés en Syrie sont en vie, selon Le Drian

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mobilisation pour la libération des journalistes français disparus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux journalistes français portés disparus en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)