Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

FRANCE

Journée de mobilisation pour les deux journalistes français otages en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/09/2013

Trois mois après l'enlèvement des journalistes Didier François et Edouard Elias sur la route d'Alep, en Syrie, des rassemblements sont organisés vendredi dans plusieurs villes de France pour réclamer leur libération.

Cela fait trois mois jour pour jour que les journalistes Didier François et Edouard Elias ont été enlevés en Syrie. Vendredi 6 septembre, des rassemblements ont été organisés dans plusieurs villes de France pour réclamer leur libération. Cette journée de mobilisation doit "faire en sorte" que la libération des deux otages soit "sur le dessus de la pile" des priorités des autorités françaises, a expliqué Serge July, coprésident du comité de soutien, lors d'un rassemblement à Lille.

Vendredi, à l'appel du comité de soutien aux deux otages et de Reporters sans frontières (RSF), les portraits des deux reporters ont été affichés dans la matinée sur la façade des hôtels de ville de Lille et Bordeaux et de l'hôtel de la région Aquitaine. Les conseils généraux de l'Essonne et du Bas-Rhin, les mairies de Paris, Marseille ou encore Chamonix, et la région Alsace devaient faire de même dans la journée.

Dès jeudi soir, à Perpignan, des centaines de spectateurs du festival Visa pour l'image, le rendez-vous mondial du photojournalisme, ont observé une minute de silence.

Les otages seraient vivants

Enlevés le 6 juin sur la route d'Alep, Didier François, grand reporter à Europe 1, et Edouard Elias, un photographe indépendant missionné par la radio, "sont détenus par un groupe qui se réclame de la résistance", a indiqué Serge July.  "Il n'y aucune revendication, en tout cas publique, qui nous soit parvenue. Il n'y a pas une vidéo, comme on a eu dans la plupart des prises d'otages que nous avons eues (...). Mais les autorités françaises ont la certitude qu'ils sont vivants", a assuré le cofondateur du journal "Libération", selon lequel "la crise avec la Syrie autour des armes chimiques" pourrait "retarder" leur libération.

Martine Aubry, maire de Lille, s'est exprimée à son tour : "Nous ne pouvons espérer qu'une seule chose, c'est d'abord que Bachar al-Assad reçoive de la part de la communauté internationale la réponse appropriée pour arrêter ces horreurs et notamment l'utilisation des armes chimiques, et que si c'est bien la résistance qui détient les deux journalistes, qu'elle en tire toute conséquence pour pouvoir leur permettre de retrouver la liberté et continuer leur métier", a indiqué la socialiste.

Douze autres journalistes détenus en Syrie

Didier François et Edouard Elias "ont été enlevés parce que journalistes", comme 12 autres journalistes professionnels actuellement détenus en Syrie, a de son côté insisté Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Depuis le début du conflit en mars 2011, qui a fait 100 000 morts, "près de 100 acteurs de l'information (...) sont morts parce qu'ils voulaient témoigner, rapporter des informations", a-t-il rappelé.

Une pétition en faveur de la libération de Didier François et Edouard Elias a recueilli plus de 6 500 signatures, selon leur comité de soutien, qui poursuivra les initiatives "tant que durera leur détention".

Avec dépêches

Première publication : 06/09/2013

  • FRANCE

    Les deux journalistes français enlevés en Syrie sont en vie, selon Le Drian

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mobilisation pour la libération des journalistes français disparus en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux journalistes français portés disparus en Syrie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)