Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Moyen-orient

Le G20 se termine, statu quo sur le dossier syrien

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/09/2013

Le sommet du G20 se termine ce vendredi à Saint-Pétersbourg. Dans son discours de clôture, le président russe, Vladimir Poutine, a indiqué que ses entretiens avec Barack Obama n'avaient pas permis de dépasser leurs divergences sur le dossier syrien.

Les leaders des pays du G20 n'ont pu que constater, à Saint-Pétersbourg, leurs divisions sur une éventuelle intervention militaire en Syrie, Paris et Washington peinant à convaincre leurs homologues du bien-fondé d'une telle opération.

Des crispations accentuées lors du dîner officiel organisé jeudi dans le cadre somptueux d’un ancien palais impérial, auquel Barack Obama, occupé à s’entretenir avec la présidente brésilienne Dilma Rousseff, est arrivé fort en retard.

"Ca ne s’est jamais vu, à un G20, qu’on parle d’une question diplomatique"

Alors que le président russe Vladimir Poutine, soutien indéfectible de Damas, avait décidé de transformer ce repas en tribune ouverte sur la crise syrienne, ce dîner de gala n'a en réalité pu que "confirmer la division" sur la Syrie, a fait savoir sur Twitter le chef du gouvernement italien Enrico Letta.

"L'atmosphère était concentrée mais pas tendue" a par ailleurs commenté une source diplomatique française, précisant également qu’il y avait eu "une grande solidarité européenne" pendant le dîner.  Malgré des divergences, les ministres des Affaires étrangères des pays de l'UE vont se réunir vendredi et samedi à Vilnius pour tenter de trouver une position commune.

Plus petit dénominateur commun : la condamnation des armes chimiques

Si les participants du G20 peinent à s’entendre sur une intervention militaire en Syrie – les États-Unis et la France étant les seuls États prêts à agir sans accord de l’ONU -, ils sont néanmoins parvenus à condamner unanimement l’usage d’armes chimiques.

Reportage dans les rues de la vieille ville de Damas



"Il y a quand même eu une condamnation générale de l'usage des armes chimiques", a déclaré une source française. "La question pour certains était de savoir qui avait utilisé ces armes chimiques. Poutine n'y répond pas. Il dit "les uns ou les autres et sans doute les uns et les autres"."

Les États-Unis et leurs alliés, dont la France, accusent le régime de Bachar al-Assad d'avoir tué avec ces armes des centaines de civils le 21 août. Mais pour les opposants à toute intervention, Russie en tête, les rebelles en useraient aussi.

Avec dépêches

Première publication : 06/09/2013

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine inscrit la Syrie au menu des discussions du G20

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une commission du Sénat américain approuve les frappes contre la Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Syrie : Poutine souffle le chaud et le froid avant d'accueillir le G20

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)