Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

Le G20 se termine, statu quo sur le dossier syrien

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/09/2013

Le sommet du G20 se termine ce vendredi à Saint-Pétersbourg. Dans son discours de clôture, le président russe, Vladimir Poutine, a indiqué que ses entretiens avec Barack Obama n'avaient pas permis de dépasser leurs divergences sur le dossier syrien.

Les leaders des pays du G20 n'ont pu que constater, à Saint-Pétersbourg, leurs divisions sur une éventuelle intervention militaire en Syrie, Paris et Washington peinant à convaincre leurs homologues du bien-fondé d'une telle opération.

Des crispations accentuées lors du dîner officiel organisé jeudi dans le cadre somptueux d’un ancien palais impérial, auquel Barack Obama, occupé à s’entretenir avec la présidente brésilienne Dilma Rousseff, est arrivé fort en retard.

"Ca ne s’est jamais vu, à un G20, qu’on parle d’une question diplomatique"

Alors que le président russe Vladimir Poutine, soutien indéfectible de Damas, avait décidé de transformer ce repas en tribune ouverte sur la crise syrienne, ce dîner de gala n'a en réalité pu que "confirmer la division" sur la Syrie, a fait savoir sur Twitter le chef du gouvernement italien Enrico Letta.

"L'atmosphère était concentrée mais pas tendue" a par ailleurs commenté une source diplomatique française, précisant également qu’il y avait eu "une grande solidarité européenne" pendant le dîner.  Malgré des divergences, les ministres des Affaires étrangères des pays de l'UE vont se réunir vendredi et samedi à Vilnius pour tenter de trouver une position commune.

Plus petit dénominateur commun : la condamnation des armes chimiques

Si les participants du G20 peinent à s’entendre sur une intervention militaire en Syrie – les États-Unis et la France étant les seuls États prêts à agir sans accord de l’ONU -, ils sont néanmoins parvenus à condamner unanimement l’usage d’armes chimiques.

Reportage dans les rues de la vieille ville de Damas



"Il y a quand même eu une condamnation générale de l'usage des armes chimiques", a déclaré une source française. "La question pour certains était de savoir qui avait utilisé ces armes chimiques. Poutine n'y répond pas. Il dit "les uns ou les autres et sans doute les uns et les autres"."

Les États-Unis et leurs alliés, dont la France, accusent le régime de Bachar al-Assad d'avoir tué avec ces armes des centaines de civils le 21 août. Mais pour les opposants à toute intervention, Russie en tête, les rebelles en useraient aussi.

Avec dépêches

Première publication : 06/09/2013

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine inscrit la Syrie au menu des discussions du G20

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une commission du Sénat américain approuve les frappes contre la Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Syrie : Poutine souffle le chaud et le froid avant d'accueillir le G20

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)