Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Exposition "Hergé" : qui était le créateur de Tintin ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colombie : le chef des Farc demande pardon aux victimes du conflit

En savoir plus

Moyen-orient

François Hollande : "Le Liban doit être tenu à l'écart" du conflit en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2013

Le président François Hollande a rencontré son homologue libanais Michel Sleimane samedi, lors de l'ouverture des 7e Jeux de la Francophonie à Nice. Il a déclaré que le Liban ne devait pas être "affecté par ce qui se passe en Syrie".

En marge de l’ouverture des 7e Jeux de la francophonie à Nice, le président François Hollande a déclaré samedi 7 septembre que le Liban devait être " tenu absolument à l'écart de tout ce qui peut se produire et se produit déjà" en Syrie.

Le président français s’est entretenu dans la journée avec ses homologues libanais, ivoirien et sénégalais. Après son entrevue avec le président libanais Michel Sleimane, qui n’a pas fait de déclaration, le chef de l’État a rappelé "la position constante de la France pour l'unité, la sauvegarde, la sécurité du Liban qui ne peut et ne doit pas être affecté par ce qui se passe en Syrie". "J'ai insisté (...) pour lui dire que si nous avions à agir dans les prochaines semaines, ce serait pour punir un régime qui a utilisé des armes chimiques en aucune façon pour porter un conflit au-delà de son propre cadre, c'est-à-dire la Syrie".

Hollande s'adressera aux Français en fin de semaine

François Hollande a ajouté qu’il s’adresserait aux Français sur la Syrie après le vote du congrès américain, la remise du rapport des experts onusiens sur l'usage d'armes chimiques et une éventuelle saisine du Conseil de sécurité des Nations unies.

Il s'est en outre félicité du ralliement de l'Allemagne à une déclaration des Européens condamnant fermement le régime de Bachar al-Assad dans l'attaque chimique du 21 août à l'est de Damas. "Je constate que nos positions avancent, je vois que les Européens se sont également réunis pour appuyer une solution qui est celle de la condamnation des armes chimiques et le texte européen (de Vilnius) soutient que tous les éléments les plus forts vont dans le sens de la responsabilité du régime" de Damas, s'est félicité François Hollande.

Rappelant qu'il "n'y aura pas de solution militaire en Syrie", il a répété qu'il "y aura une action militaire conduisant à une solution politique et dans les meilleurs délais". "Et ça aussi, c'est ce que voulaient les Européens et que la France appuyait", a ajouté le président.

Avec dépêches

Première publication : 07/09/2013

  • LIBAN

    Washington évacue le personnel "non essentiel" de son ambassade à Beyrouth

    En savoir plus

  • HUMANITAIRE

    L'ONU va diminuer l'aide apportée aux réfugiés syriens au Liban

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    L'ambassadeur de France au Liban met en garde contre une contagion du conflit syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)