Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Afrique

Bamako mène des enquêtes de moralité pour former un gouvernement

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/09/2013

Un an et demi après avoir sombré dans le chaos, le Mali entame sa reconstruction démocratique. Le Premier ministre Oumar Tatam Ly, intronisé vendredi, poursuit les consultations pour choisir les membres de son gouvernement.

Après dix-huit mois de crise politico-militaire, le Mali débute sa reconstruction. Vendredi, la passation de pouvoir entre le nouveau Premier ministre Oumar Tatam Ly et son prédécesseur Diango Cissoko, a acté le renouveau de la démocratie malienne, jadis exemple de stabilité pour la région.

Deux jours plus tôt, le nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta, 68 ans, avait prêté serment. Il s’était fixé comme "priorité la plus pressante" de son mandat de cinq ans "la réconciliation nationale" alors que le pays panse toujours les plaies du conflit avec la rébellion touareg du Nord puis les groupes islamistes liés à Al-Qaïda.

Les consultations pour la formation d’un nouveau gouvernement ont débuté jeudi dernier et se poursuivent depuis la passation de pouvoir. Aucun nom n’a pour le moment filtré, mais l’entourage d’Oumar Tatam Ly a confirmé que des enquêtes de moralité de potentiels futurs ministres avaient débuté.

Aucun de ses proches n'a cependant pu préciser quand il comptait annoncer la composition de son équipe.

Reprise de l’aide humanitaire américaine

Après plus d’un an et demi, le Mali retrouve progressivement sa place au concert des nations. Dans la foulée de la passation de pouvoir, vendredi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a salué la nomination de Ly, y voyant "une étape importante dans la mise en place des institutions démocratiques du nouveau Mali".

Toujours vendredi, les États-Unis ont annoncé qu’ils avaient levé leurs restrictions à l’aide au développement du pays. Washington avait été juridiquement contraint de suspendre son aide à Bamako après le coup d'État du capitaine Sanogo, le 22 mars 2012. La législation américaine interdit tout versement d’une aide non humanitaire à des autorités issues d'un coup de force militaire.

"Après la prise de fonction du nouveau président mercredi, le secrétaire d'État adjoint William J. Burns a signé une résolution selon laquelle un gouvernement démocratiquement élu est entré en fonction au Mali. (...) Dès lors, les États-Unis vont reprendre immédiatement leur aide au développement, mais ils vont continuer à étudier la situation sur quand et comment" se rapprocher des autorités militaires, a déclaré Marie Harf, une porte-parole du département d'État.

Cette évolution de la situation conditionnera une éventuelle reprise de l’aide militaire, sur laquelle Washington indique ne pas avoir encore pris de décision.

Avec dépêches.

Première publication : 07/09/2013

  • MALI

    Le banquier Oumar Tatam Ly nommé Premier ministre du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Ibrahim Boubacar Keïta officiellement investi président du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Des rappeurs maliens lancent un message au nouveau président IBK

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)