Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Asie - pacifique

Les Australiens votent pour les législatives, l'opposition conservatrice favorite

© AFP | Tony Abbott, le candidat du parti libéral

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/09/2013

Après six années au pouvoir, les travaillistes australiens devraient passer la main, alors que quelque 14,7 millions d’électeurs se rendent aux urnes ce samedi pour renouveler leur Parlement. L’opposition conservatrice est en tête des sondages.

Ces dernières semaines, les enquêtes d’opinion se sont multipliées sans que la tendance s’inverse. Vendredi encore, à la veille du scrutin législatif de ce samedi 7 septembre, qui doit renouveler les 150 sièges de la chambre basse du parlement, le Parti libéral (conservateur) faisait la course en tête.

Les conservateurs pourraient engranger 54 % des voix, contre 46 % au Labor, le Parti travailliste au pouvoir. Les sondages évoquent même la constitution d’une confortable majorité conservatrice, avec 90 sièges remportés sur les 150 en jeu. Tony Abbott, chef de file des libéraux, prendrait alors la tête du nouveau gouvernement.

L’Australie est aujourd’hui confrontée à un fléchissement de sa croissance, notamment à cause de la baisse des coûts des matières premières. Reste que c'est l’un des rares pays riches à être parvenu à éviter la crise économique mondiale, notamment en raison de l’abondance de ses ressources.

Luttes intestines

Kevin Rudd, Premier ministre sortant, a fondé sa campagne sur cette "bonne gestion" de la crise par son gouvernement. Mais au-delà des données économiques, les Australiens pourraient bien sanctionner l'attitude du clan travailliste ces derniers mois.

Le parti, en proie aux luttes intestines, a multiplié les signaux d’instabilité au cours de ses six années de pouvoir. Kevin Rudd, Premier ministre entre 2007 et 2010, s’est vu écarté du pouvoir par son propre clan, qui lui a préféré la plus lisse Julia Gillard.

En juin dernier, Gillard, mal en point dans les sondages, a été à son tour renversée par ses alliés. La toute première femme à diriger un gouvernement en Australie a été remplacée sans ménagement par… Kevin Rudd. Une affaire qui pourrait bien coûter les rênes du pouvoir au Labor.

Avec dépêches

Première publication : 07/09/2013

  • AUSTRALIE

    Australie: à la veille des élections, l'opposition conservatrice donnée en tête

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Réputé misogyne, Tony Abbott reste favori des législatives en Australie

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Kevin Rudd prend la tête du gouvernement australien à la place de Julia Gillard

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)