Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

FRANCE

Brice Hortefeux sur FRANCE 24 : "Sous François Hollande, la France est isolée et à la traîne"

© Capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

Invité de l'émission "Tous politiques" sur FRANCE 24, en partenariat avec France Inter, "Le Parisien-Aujourd'hui en France" et Dailymotion, Brice Hortefeux, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, est revenu sur la possible intervention militaire en Syrie.

Brice Hortefeux,  ancien ministre de l'Intérieur sous la présidence de Nicolas Sarkozy, était l'invité de l'émission "Tous politiques" sur FRANCE 24 dimanche 8 septembre. Au menu de l'émission : la politique internationale et l'intervention en Syrie. Brice Hortefeux, qui soutient l'éventuelle intervention française en Syrie, a tenu à rappeler que Nicolas Sarkozy avait été le premier à "sortir de son silence" en août 2012 "pour alerter la communauté internationale sur la nécessité d'être actif". "Malheureusement, il avait raison", a regretté l'ex-ministre et ami de l'ancien chef de l'État. Il a affirmé que "sous la présidence de François Hollande, la France est isolée et à la traîne. Tandis que sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la France était moteur et collectif."

Au sujet d'une intervention militaire en Syrie, "il n'y a pas 50 solutions", a-t-il déclaré. "Il y a une très forte probabilité pour ne pas dire une quasi-certitude que le gouvernement syrien est responsable" des attaques chimiques du 21 août. "Il me semble qu'on ne peut pas rester les bras ballants", a-t-il ajouté.

Vigilance sur les actes des rebelles syriens

Mais selon lui, l'intervention doit s'accompagner d'une vigilance particulière s'agissant des actions des rebelles. "La communauté internationale doit être très attentive à ce que les rebelles syriens font lorsqu'ils gagnent du terrain", a-t-il ainsi déclaré. Et de citer l'exemple de la ville chrétienne de Maaloula, reprise par les rebelles ce week-end après de violents combats. "La communauté internationale doit observer le sort réservé à la population de cette ville", a réclamé l'ancien ministre.

Interrogé sur les dissensions au sein de l'UMP sur les modalités d'une intervention en Syrie - Alain Juppé s'étant prononcé pour, sans vote préalable du Parlement tandis que Jean-François Copé a déclaré n'être "pas fermé" à l'idée d'un scrutin -, Brice Hortefeux a jugé ces différences comme étant mineures. "Qu'il y ait un débat dans une grande famille politique, cela me paraît essentiel", a-t-il ainsi rétorqué.

Première publication : 08/09/2013

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Brice Hortefeux entendu comme témoin par un juge

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hortefeux déclenche une polémique en soutenant des policiers condamnés

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hortefeux justifie sa politique sécuritaire en s'attaquant aux "bien pensants"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)