Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Cuba-USA : un jour historique

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

FRANCE

Brice Hortefeux sur FRANCE 24 : "Sous François Hollande, la France est isolée et à la traîne"

© Capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

Invité de l'émission "Tous politiques" sur FRANCE 24, en partenariat avec France Inter, "Le Parisien-Aujourd'hui en France" et Dailymotion, Brice Hortefeux, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, est revenu sur la possible intervention militaire en Syrie.

Brice Hortefeux,  ancien ministre de l'Intérieur sous la présidence de Nicolas Sarkozy, était l'invité de l'émission "Tous politiques" sur FRANCE 24 dimanche 8 septembre. Au menu de l'émission : la politique internationale et l'intervention en Syrie. Brice Hortefeux, qui soutient l'éventuelle intervention française en Syrie, a tenu à rappeler que Nicolas Sarkozy avait été le premier à "sortir de son silence" en août 2012 "pour alerter la communauté internationale sur la nécessité d'être actif". "Malheureusement, il avait raison", a regretté l'ex-ministre et ami de l'ancien chef de l'État. Il a affirmé que "sous la présidence de François Hollande, la France est isolée et à la traîne. Tandis que sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la France était moteur et collectif."

Au sujet d'une intervention militaire en Syrie, "il n'y a pas 50 solutions", a-t-il déclaré. "Il y a une très forte probabilité pour ne pas dire une quasi-certitude que le gouvernement syrien est responsable" des attaques chimiques du 21 août. "Il me semble qu'on ne peut pas rester les bras ballants", a-t-il ajouté.

Vigilance sur les actes des rebelles syriens

Mais selon lui, l'intervention doit s'accompagner d'une vigilance particulière s'agissant des actions des rebelles. "La communauté internationale doit être très attentive à ce que les rebelles syriens font lorsqu'ils gagnent du terrain", a-t-il ainsi déclaré. Et de citer l'exemple de la ville chrétienne de Maaloula, reprise par les rebelles ce week-end après de violents combats. "La communauté internationale doit observer le sort réservé à la population de cette ville", a réclamé l'ancien ministre.

Interrogé sur les dissensions au sein de l'UMP sur les modalités d'une intervention en Syrie - Alain Juppé s'étant prononcé pour, sans vote préalable du Parlement tandis que Jean-François Copé a déclaré n'être "pas fermé" à l'idée d'un scrutin -, Brice Hortefeux a jugé ces différences comme étant mineures. "Qu'il y ait un débat dans une grande famille politique, cela me paraît essentiel", a-t-il ainsi rétorqué.

Première publication : 08/09/2013

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Brice Hortefeux entendu comme témoin par un juge

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hortefeux déclenche une polémique en soutenant des policiers condamnés

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hortefeux justifie sa politique sécuritaire en s'attaquant aux "bien pensants"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)