Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Moyen-orient

Frappes en Syrie : pour Paris et Washington, le dénouement approche

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2013

Après avoir rallié d’importants soutiens, François Hollande a annoncé que la question d’une action militaire des forces franco-américaines en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad pourrait être réglée d’ici la fin de la semaine.

Après plusieurs jours de tractations diplomatiques, la question d’une action militaire pour "punir" le régime syrien pourrait être réglée d’ici la fin de la semaine. C’est, en substance, ce qu’a assuré François Hollande samedi 7 septembre.

Le président a estimé que le Congrès américain voterait sur un recours à la force armée "jeudi ou vendredi", mais aussi précisé que le rapport des inspecteurs de l’ONU sur l’utilisation des armes chimiques serait dévoilé "sans doute à la fin de la semaine" prochaine. Il a par ailleurs annoncé qu’il attendrait que soient réglées ces questions avant de s’adresser à la nation.

Ces deux éléments sont essentiels pour que se matérialise l’action militaire franco-américaine en Syrie. Un refus américain marquerait probablement un temps mort dans l’éventualité d’une opération tandis que le rapport de l’ONU pourrait dissiper les dernières réticences.

L’Union européenne convaincue

François Hollande, pour qui le soutien de l’Union européenne était essentiel, s'est engagé à attendre ce document avant une éventuelle action militaire. "Au G20, nous avons progressé, maintenant l'Union européenne s'est rassemblée. J'ai contribué à cette position en indiquant que le rapport des inspecteurs (de l'Onu) serait un élément de la décision", a-t-il ajouté.

Pour la plupart des États de l'Union européenne, ce rapport est une étape essentielle, susceptible de confirmer de manière indépendante les accusations d'attaques aux gaz toxiques.

Ces derniers jours, Paris s’est surtout attelé à soigner la rhétorique afin de ne pas froisser ses partenaires européens. "Il n'y aura pas de solution militaire en Syrie. Il y aura une action militaire, il y aura une pression militaire conduisant à une solution politique et dans les meilleurs délais. C'était ce que voulaient les Européens", a souligné le chef de l’État.

Et la stratégie française a fonctionné. Vingt-quatre heures après le désaccord affiché lors du G20 de Saint-Pétersbourg, l’Allemagne a finalement accepté, samedi, de signer, comme les autres membres de l'UE, l'appel initié par Washington pour qu'une "réponse claire et forte" soit apportée aux attaques chimiques en Syrie.

Une coalition en gestation ?

Si les parties prenantes d’une éventuelle action militaire en Syrie ne se sont probablement pas toutes fait connaitre, la France et les États-Unis savent qu’ils disposent désormais d’un soutien diplomatique conséquent. Les chefs de la diplomatie des deux États, qui se sont entretenus samedi, s'en sont félicités.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a souligné un "soutien large et grandissant" au projet d’action militaire. "Désormais 7 des 8 pays du G8 partagent notre analyse sur une réaction forte" comme "12 pays du G20", a-t-il déclaré, en évoquant également le soutien de l'Union européenne et celui du Conseil de coopération du Golfe.

Le Secrétaire d’État américain John Kerry a, pour sa part, salué la déclaration "très puissante" de l'UE sur la Syrie, assurant que les États-Unis se sentaient "encouragés".

Des éléments de soutien qui pourraient faciliter le feu vert du Congrès américain et précipiter, de fait, une intervention. Car les États-Unis ont d’ores et déjà annoncé qu’ils n’attendraient pas le rapport des inspecteurs de l’ONU s’ils doivent frapper.

Avec dépêches.

 

 

 

Première publication : 08/09/2013

  • SYRIE

    La ville chrétienne de Maaloula aux mains des rebelles syriens

    En savoir plus

  • LIBAN

    François Hollande : "Le Liban doit être tenu à l'écart" du conflit en Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    À Paris, John Kerry et Laurent Fabius répètent leur position commune sur la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)