Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly a formé son gouvernement

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/09/2013

Le nouveau gouvernement du Mali, dirigé par Oumar Tatam Ly, a été formé dimanche. Il comprend 34 membres, dont six du précédent gouvernement. Un ministère de la Réconciliation et du développement du Nord a été créé et confié à Cheick Oumar Diarrah.

Le nouveau Premier ministre du Mali, Oumar Tatam Ly, a formé son gouvernement, comprenant des ministres de la Transition et marqué par la création d'un ministère chargé de la Réconciliation et du développement du Nord, selon un décret publié dimanche à Bamako.

Ce premier gouvernement de M. Ly, un banquier de 49 ans, comprend au total 34 ministres et ministres délégués. Parmi eux, figurent quatre femmes ainsi que six membres du précédent gouvernement mais aussi des personnalités qui étaient jusqu'à leur nomination en poste dans des organisations internationales.

L'avocat Mohamed Aly Bathily est nommé ministre de la Justice. Fait nouveau, il est le premier dans l'ordre protocolaire après le Premier ministre, devant son collègue chargé de la Défense et des Anciens combattants, Soumeylou Boubèye Maïga.

M. Maïga, journaliste de formation et ex-responsable des services du renseignement, a été ministre de la Défense et chef de la diplomatie sous les présidences d'Alpha Oumar Konaré (1992-2002) et d'Amadou Toumani Touré (2002-2012), renversé en mars 2012 par un coup d'Etat militaire.

Le nouveau gouvernement malien comprend un ministère de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord, un nouveau portefeuille confié à Cheick Oumar Diarrah, diplomate qui fut notamment ambassadeur du Mali aux Etats-Unis.

Le ministère des Affaires étrangères a été confié à Zahabi (bien Zahabi) Ould Sidi Mohamed, un Arabe natif de Tombouctou (nord-ouest du Mali) qui était jusqu'à sa nomination fonctionnaire international dans une agence de l'ONU et qui fut chef d'un mouvement rebelle du nord du Mali dans les années 1990.

Autres ministres qui étaient fonctionnaires internationaux jusqu'à leur nomination: Mme Bouaré Fily Sissoko, à l'Economie et aux Finances (elle travaillait à la Banque mondiale à Bamako) et Mahamane Baby, à l'Emploi et à la Fonction professionnelle (qui travaillait en Allemagne dans un programme des Nations unies).

Parmi les ministres de la transition rappelés dans la nouvelle équipe, figurent le général Moussa Sinko Coulibaly, qui demeure à la tête de l'Administration du territoire (Intérieur), qu'il a dirigé d'avril 2012 jusqu'à la démission du gouvernement de transition, le 2 septembre, de même que les ministres Ousmane Ag Rhissa (Environnement et Assainissement), Bruno Maïga (Culture) et le colonel Abdoulaye Koumaré (Equipement et Transports).

Tièman Hubert Coulibaly, qui était chef de la diplomatie dans le précédent gouvernement, devient ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières.

Moussa Mara, actuellement maire d'une commune de Bamako, fait son entrée au gouvernement comme ministre de l'Urbanisme et de la Politique de la ville. Il est le seul candidat battu au premier tour de la présidentielle (28 juillet) à avoir été nommé ministre parmi tous ceux qui avaient soutenu Ibrahim Boubacar Keïta, élu au second tour le 11 août.

Ibrahim Boubacar Keïta a prêté serment le 4 septembre pour un mandat de cinq ans et a nommé le lendemain comme Premier ministre Oumar Tatam Ly, un ancien de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

En prêtant serment, le nouveau président a identifié plusieurs priorités pour son quinquennat, estimant que "la plus pressante" était la réconciliation nationale dans son pays meurtri et mis à genoux par près de deux ans de crise politico-militaire.

Cette crise avait débuté en janvier 2012 dans le Nord par une offensive de rebelles touareg, qui avaient ensuite été rapidement supplantés par des groupes criminels et islamistes armés liés à Al-Qaïda.

Les jihadistes avaient pris le contrôle de cette vaste région une semaine après le putsch contre le président Touré, puis laminé la rébellion touareg et l'armée malienne avant d'être en grande partie chassés du Nord, à partir de janvier 2013, par une intervention militaire franco-africaine toujours en cours.

Le conflit a ravivé les tensions entre communautés touareg, arabes et noires et provoqué le déplacement d'environ 500.000 personnes.

AFP

Première publication : 08/09/2013

  • MALI

    Bamako mène des enquêtes de moralité pour former un gouvernement

    En savoir plus

  • MALI

    Le banquier Oumar Tatam Ly nommé Premier ministre du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Ibrahim Boubacar Keïta officiellement investi président du Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)