Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Culture

Le documentaire "Sacro GRA", vainqueur surprise du Lion d'Or à Venise

© TIZIANA FABI / AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

"Sacro GRA", documentaire italien de Gianfranco Rosi, a remporté le Lion d’or à la Mostra de Venise samedi soir. "Miss Violence" d'Alexandro Avranas et "Stray Dogs" de Tsai Ming-liang ont également été récompensés.

À la surprise générale, le jury de la 70e Mostra de Venise a remis le Lion d’Or au documentaire "Sacro GRA", dirigé par l’Italien Gianfranco Rosi. Le film, qui s’attache à la vie autour du boulevard périphérique qui contourne Rome, le Grande Raccordo Anulare (GRA), a été acclamé par la presse et le public italiens, mais a suscité peu d’enthousiasme chez les autres critiques de cinéma.

Le Lion d’argent du meilleur réalisateur est revenu à Alexandro Avranas pour son long métrage "Miss Violence", chronique d’une famille dysfonctionnelle qui tourne au cauchemar. L’équipe du film est également repartie de Venise avec la statuette du meilleur acteur pour Themis Panou.

Palmarès étonnant

La troisième récompense - le Grand prix du jury - a été remise à Tsai Ming-liang pour "Stray Dogs", portrait sombre d’une famille pauvre de Taipei. Si ce long métrage a quelques défenseurs passionnés, il a mis à mal la patience de beaucoup de journalistes, avec son abondance de plans fixes interminables. Dans une scène longue de 11 minutes, qui a été amplement commentée par tous les festivaliers, un homme se pelotonne contre un chou, puis le dévore tout en réprimant un gros sanglot.

Du côté des comédiens, le prix de la meilleure actrice a été attribué à Elena Cotta pour sa performance de femme âgée dans "Via Castellana Bandiera", une comédie noire signée Emma Dante. Beaucoup de critiques de cinéma auraient aimé que Judi Dench rafle cette récompense pour son rôle dans "Philomena", un tire-larmes apte à plaire aux foules proposé par Stephen Frears. Mais ce film a finalement remporté le prix du meilleur scénario. Chez les hommes, le jeune Américain Tye Sheridan a reçu, à juste titre, la statuette du meilleur jeune espoir, pour un rôle difficile d’adolescent vivant un enfer chez lui dans le long métrage "Joe" de David Gordon Green.

Le jury laisse en revanche perplexe lorsqu’il choisit de saluer le dernier film de Philip Groning, "The Police Officer’s Wife", un long métrage très maniéré de trois heures sur les violences domestiques.

De gauche à droite : l'actrice Dakota Fanning, la réalisatrice Kelly Reichardt et l'acteur Jesse Eisenberg, à la Mostra de Venise.

De façon générale, la critique a été déboussolée par ce palmarès, alors que beaucoup de journalistes avaient misé tous leurs espoirs sur le film au suspens digne d’un Hitchcock signé Xavier Dolan, "Tom à la ferme" ; sur l’œuvre de Kelly Reichardt, "Night Moves", un film épineux sur trois militants de l’environnement dans l’Oregon – qui a d’ailleurs été primé au festival de Deauville ; ou encore sur le dernier opus de Hayao Miyazaki, "The Wind Rises".

"Under the Skin", film de Jonathan Glazer mettant en scène Scarlett Johansson en extraterrestre dans un environnement de science-fiction, a également eu ses fervents défenseurs, mais est reparti de Venise les mains vides.

Polémique sur les films américains

Ce palmarès inattendu est emblématique d’un festival aventureux et inégal, qui n’a pas réussi à mettre tout le monde d’accord sur un film, comme c’était le cas à Cannes avec "La vie d’Adèle" d’Abdellatif Kechiche.

Il est étonnant de mesurer l’écart entre les propos du directeur du festival, Alberto Barbera, qui se vantait, lors de la conférence de presse en juillet, de la présence en compétition d’importants films américains et britanniques, et le palmarès de samedi soir, où aucun de ces longs métrages n’a été primé.

Plus inquiétant, dans une interview au quotidien "Le Monde", Alberto Barbera s’est ouvertement plaint de l’attitude des producteurs et distributeurs américains, qui réservent leurs sorties pour le public américain dans les festivals de Telluride (États-Unis) et Toronto (Canada), et boudent un festival de renommée internationale comme Venise. "Avec les Américains, ça devient un cauchemar", résume le directeur.

Alberto Barbera est allé jusqu’à dénoncer nommément le réalisateur britannique Steve McQueen, qui a réservé un film choc sur l’esclavagisme, "12 Years a Slave" avec Michael Fassbender, Brad Pitt et Chiwetel Ejiofor, pour une avant-première à Toronto et à Telluride. Le cinéaste n’acceptait de venir à la Mostra qu’à condition que le festival paie le déplacement pour une équipe de 50 personnes.

Les deux festivals nord-américains - Toronto et Telluride - n’ont certes pas le glamour bien rôdé de Venise ni son prestige, mais attirent néanmoins un très large public et programment des films à Oscar comme celui de Steve McQueen.

La Mostra de Venise a tout intérêt à présenter, pour sa 71e édition l’année prochaine, des noms incontournables du cinéma, afin de protéger la réputation du festival comme l’un des événements incontournables du cinéma international, et faire oublier son palmarès un peu pauvre de samedi soir.

Première publication : 09/09/2013

  • CINÉMA

    Mostra de Venise : "Il y a une place pour les homosexuels dans l’islam"

    En savoir plus

  • CINÉMA

    L'Israélien Gitaï et le Québécois Dolan débarquent à Venise

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Du sexe, de la guerre et des extraterrestres à la Mostra de Venise

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)