Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Moyen-orient

Moscou et Damas suggèrent une mise sous contrôle des armes chimiques syriennes

© AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

La Syrie a salué la proposition de Moscou de placer son arsenal chimique sous contrôle international afin d'éviter d'éventuelles frappes américaines. Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, parle d'une requête "recevable".

Quelques heures après la proposition surprise de Moscou qui a exhorté Damas à mettre son arsenal chimique sous contrôle international, les États-Unis et la France ont fait part de leur prudence.

Washington, sceptique à l'égard de cette initiative, a déclaré, à travers une porte-parole du département d'État, que les États-Unis allaient "examiner attentivement la déclaration russe [...] afin de comprendre exactement ce que les Russes proposent".

"La Syrie salue l'initiative russe" (Mouallem)

"Si le régime mettait immédiatement ses stocks [d'armes chimiques] sous contrôle international, ce serait une étape importante", a estimé l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton, peu après avoir rencontré Barack Obama à la Maison Blanche. Cependant, "cela ne peut pas être une nouvelle excuse pour un délai ou une obstruction", a-t-elle ajouté en écho aux propos des conseillers de Barack Obama qui soulignaient la nécessité de "ne pas relâcher la pression" sur le régime syrien.

De son côté, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a estimé que la proposition de Moscou était "recevable". "La proposition du  Sergueï Lavrov, mérite un examen précis", a ajouté Laurent Fabius réclamant que le président syrien "s'engage sans délai à mettre sous contrôle international et à laisser détruire l'ensemble de son arsenal chimique", et demandant une saisine de la Cour pénale internationale pour que soient jugés les auteurs de l'attaque chimique du 21 août dans la région de Damas.

La chancelière allemande Angela Merkel a pour sa part jugé la proposition "intéressante".

"La Syrie salue la sagesse des dirigeants russes"

Un peu plus tôt, la Syrie avait salué la proposition de son allié russe. "Le ministre Lavrov a mis en avant une initiative liée aux armes chimiques. Je déclare : la Syrie salue l'initiative russe, se fondant sur les inquiétudes des dirigeants russes concernant la vie de nos citoyens et la sécurité de notre pays", a déclaré Walid Mouallem, le ministre des Affaires étrangères syrien, cité par les agences russes. Il a aussi salué "la sagesse des dirigeants russes qui essaient d'empêcher une agression américaine contre notre peuple".

La Russie a proposé à la Syrie, lundi 9 septembre, de placer ses stocks d'armes chimiques sous contrôle international puis de les détruire, espérant ainsi que cette proposition puisse empêcher une action militaire contre le régime de Damas.

"Nous appelons les dirigeants syriens à non seulement accepter de placer sous contrôle international son stock d'armes chimiques, et ensuite à le détruire, mais aussi à rejoindre pleinement l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques", avait déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Sergueï Lavrov s'était exprimé alors que son homologue américain, le secrétaire d'État John Kerry, avait lui aussi formulé, un peu plus tôt, la même proposition à Bachar al-Assad : "Bien entendu, il [Bachar al-Assad] pourrait restituer l'intégralité de son arsenal chimique à la communauté internationale, dans la semaine à venir, tout rendre, tout sans délai (...) Mais il n'est pas prêt de le faire, et il ne le peut pas", avait déclaré John Kerry.

Jen Psaki, porte-parole du département d'État, avait ensuite insisté sur le caractère "rhétorique" de la remarque de John Kerry, en soulignant qu'elle ne saurait être interprétée comme un ultimatum ou à une offre de négociation à l'adresse d'un "dictateur brutal" et indigne de confiance.

Avec dépêches

Première publication : 09/09/2013

  • SYRIE

    Moscou appelle Damas à détruire ses armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    En cas de frappes en Syrie, Assad menace Washington : "Attendez-vous à tout"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Damas, des jeunes Syriens prêts à devenir des boucliers humains en cas de frappes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)