Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

Moscou et Damas suggèrent une mise sous contrôle des armes chimiques syriennes

© AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

La Syrie a salué la proposition de Moscou de placer son arsenal chimique sous contrôle international afin d'éviter d'éventuelles frappes américaines. Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, parle d'une requête "recevable".

Quelques heures après la proposition surprise de Moscou qui a exhorté Damas à mettre son arsenal chimique sous contrôle international, les États-Unis et la France ont fait part de leur prudence.

Washington, sceptique à l'égard de cette initiative, a déclaré, à travers une porte-parole du département d'État, que les États-Unis allaient "examiner attentivement la déclaration russe [...] afin de comprendre exactement ce que les Russes proposent".

"La Syrie salue l'initiative russe" (Mouallem)

"Si le régime mettait immédiatement ses stocks [d'armes chimiques] sous contrôle international, ce serait une étape importante", a estimé l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton, peu après avoir rencontré Barack Obama à la Maison Blanche. Cependant, "cela ne peut pas être une nouvelle excuse pour un délai ou une obstruction", a-t-elle ajouté en écho aux propos des conseillers de Barack Obama qui soulignaient la nécessité de "ne pas relâcher la pression" sur le régime syrien.

De son côté, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a estimé que la proposition de Moscou était "recevable". "La proposition du  Sergueï Lavrov, mérite un examen précis", a ajouté Laurent Fabius réclamant que le président syrien "s'engage sans délai à mettre sous contrôle international et à laisser détruire l'ensemble de son arsenal chimique", et demandant une saisine de la Cour pénale internationale pour que soient jugés les auteurs de l'attaque chimique du 21 août dans la région de Damas.

La chancelière allemande Angela Merkel a pour sa part jugé la proposition "intéressante".

"La Syrie salue la sagesse des dirigeants russes"

Un peu plus tôt, la Syrie avait salué la proposition de son allié russe. "Le ministre Lavrov a mis en avant une initiative liée aux armes chimiques. Je déclare : la Syrie salue l'initiative russe, se fondant sur les inquiétudes des dirigeants russes concernant la vie de nos citoyens et la sécurité de notre pays", a déclaré Walid Mouallem, le ministre des Affaires étrangères syrien, cité par les agences russes. Il a aussi salué "la sagesse des dirigeants russes qui essaient d'empêcher une agression américaine contre notre peuple".

La Russie a proposé à la Syrie, lundi 9 septembre, de placer ses stocks d'armes chimiques sous contrôle international puis de les détruire, espérant ainsi que cette proposition puisse empêcher une action militaire contre le régime de Damas.

"Nous appelons les dirigeants syriens à non seulement accepter de placer sous contrôle international son stock d'armes chimiques, et ensuite à le détruire, mais aussi à rejoindre pleinement l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques", avait déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Sergueï Lavrov s'était exprimé alors que son homologue américain, le secrétaire d'État John Kerry, avait lui aussi formulé, un peu plus tôt, la même proposition à Bachar al-Assad : "Bien entendu, il [Bachar al-Assad] pourrait restituer l'intégralité de son arsenal chimique à la communauté internationale, dans la semaine à venir, tout rendre, tout sans délai (...) Mais il n'est pas prêt de le faire, et il ne le peut pas", avait déclaré John Kerry.

Jen Psaki, porte-parole du département d'État, avait ensuite insisté sur le caractère "rhétorique" de la remarque de John Kerry, en soulignant qu'elle ne saurait être interprétée comme un ultimatum ou à une offre de négociation à l'adresse d'un "dictateur brutal" et indigne de confiance.

Avec dépêches

Première publication : 09/09/2013

  • SYRIE

    Moscou appelle Damas à détruire ses armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    En cas de frappes en Syrie, Assad menace Washington : "Attendez-vous à tout"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Damas, des jeunes Syriens prêts à devenir des boucliers humains en cas de frappes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)