Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

Sports

Disparition de dix athlètes congolais venus en France pour les Jeux de la Francophonie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

Sept basketteuses, deux cyclistes et un footballeur congolais arrivés à Nice à l’occasion des Jeux de la Francophonie ont disparu après avoir touché une prime de 1 000 euros. De faux agents sportifs pourraient être à l’origine des disparitions.

La délégation congolaise est dans tous ses états. Dix de ses athlètes venus participer à la septième édition des jeux de la Francophonie qui se déroulent à Nice du 7 au 15 septembre ont disparu sans explication depuis dimanche. Parmi eux, sept basketteuses dont les récentes performances faisaient particulièrement la fierté de leur délégation et des supporters. "Nous sommes inconsolables car notre équipe de basketteuses était qualifiée pour le quart de finale de ces Jeux", a confié à l'AFP Barthélémy Okito Oleka, chef de la délégation et secrétaire général aux Sports et Loisirs de RDC. Le groupe comptait initialement 74 membres dont 37 sportifs.

Les trois autres disparus sont des cyclistes, "les deux meilleurs du pays", assure Barthélémy Okito Oleka, ainsi qu’un footballeur. Tous, selon ce responsable, se sont évaporés dans la nature après avoir touché leur prime d’un montant de 1 000 euros. Cette somme, attribuée à chaque athlète par la délégation, est destinée aux dépenses personnelles pendant les Jeux. Les organisateurs français, de leur côté, prennent en charge logement, nourriture et transports.

Ces défections sont courantes dans les rencontres internationales où certains sportifs profitent de leur présence à l’étranger pour y rester, la plupart du temps illégalement. Ce fut notamment le cas lors des Jeux olympiques de Londres en 2012 lorsque sept athlètes camerounais sont restés introuvables.

Agents sportifs frauduleux

Mais les fuyards peuvent également avoir agi sous influence. Afin de prévenir ce genre de situation, les entraîneurs de la délégation congolaise avaient conservé les passeports de leurs athlètes après que des "agents sportifs" agissant "en bande organisée" eurent été repérés, a précisé Barthélémy Okito Oleka. "On a attrapé un complice d'agent sportif, un ancien athlète congolais, il a été remis à la police et nous avons porté plainte" dimanche soir, a également affirmé le chef de la délégation,

Et de poursuivre : "Dans cette histoire, c'est non seulement les Fédérations, mais l'image de marque du Congo qui y perd. Il faut dénoncer ces agents sportifs qui font miroiter beaucoup d'argent aux athlètes en leur promettant de les placer ensuite dans de grands clubs. C'est trop facile", s'est-il insurgé.

Désireux de dénoncer une véritable traite des sportifs africains, associations et acteurs du milieu sportif se mobilisent régulièrement. Le 7 septembre, des joueurs professionnels établis en Belgique se sont justement réunis à l’occasion d’un match pour dénoncer ce phénomène. "De jeunes footballeurs africains à qui l'ont fait croire monts et merveilles sont recrutés chez nous. Mais une fois arrivés en Belgique, certains sont livrés à leur propre sort, dans la misère la plus totale", explique le site RTL.be.

"Il faut que ces gens-là négocient officiellement avec les Fédérations et attendent la fin des compétitions s'ils sont intéressés par tel ou tel athlète. Que les choses ne se passent pas de manière clandestine", a estimé Barthélémy Okito Oleka.

Plus de 50 nations participent à ces Jeux, qui mêlent compétitions sportives et concours culturels.

Avec dépêches

Première publication : 09/09/2013

  • JEUX DE LA FRANCOPHONIE

    Première participation du Qatar aux Jeux de la Francophonie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)