Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

FOCUS

Chute des prix du pétrole : les pays du Golfe face à une austérité jamais connue

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lui, candidat"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Hollande est-il un homme de gauche ?

En savoir plus

Afrique

Égypte : Amr Moussa, ex-chef de la diplomatie sous Moubarak, chargé de présider la Constituante

© AFP | Amr Moussa.

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/09/2013

Ministre des Affaires étrangères pendant une décennie sous l’ère Moubarak, Amr Moussa a été élu président de la commission chargée d’amender la Constitution que l’ex-président Mohamed Morsi avait fait passer en force en décembre 2012.

Amr Moussa, qui fut longtemps ministre des Affaires étrangères du président déchu Hosni Moubarak, va présider la commission chargée d’amender la constitution qu’un autre président déchu, Mohamed Morsi, a fait passer en force au parlement dominé par les islamistes en décembre dernier.

En dépit des promesses du gouvernement intérimaire mis en place par l’armée d’associer toutes les forces politiques à la rédaction de la constitution, la commission de 50 membres ne comprend que deux islamistes et aucun n’est issu des Frères musulmans, cibles d’une vive répression policière depuis la chute de Morsi.

Amr Moussa, qui a dirigé pendant dix ans la diplomatie égyptienne, de 1991 à 2001, avant de devenir secrétaire général de la Ligue arabe pendant les dix années suivantes, a été élu président de la constituante avec 30 voix lors de la première réunion de commission.

Agé de 76 ans, ce partisan d’un Etat laïc et du libéralisme économique avait été candidat à la présidentielle de l’an dernier, mais il n’était arrivé qu’en cinquième position à l’issue du premier tour.

"Nous entamons le processus d’élaboration d’une nouvelle formulation de la constitution qui permettra l’établissement d’une vraie démocratie, du pluralisme et du respect des droits de l’homme, et qui garantira la séparation des pouvoirs", a déclaré Amr Moussa après son élection.

Le gouvernement intérimaire a donné 60 jours à la commission pour rédiger une nouvelle loi fondamentale, qui devra ensuite être soumise à référendum et servir de base à des élections parlementaires et présidentielle.

Selon les premiers documents de travail qui ont fuité dans la presse, le "comité des 50" envisage de supprimer un certain nombre d’articles renforçant l’islamisation de la société, mais pas l’article 2, qui proclame que "l’islam est la religion de l’État" et que "les principes de la loi islamique constituent la source principale de législation".

La commission entendrait aussi supprimer l’article qui exclut les anciens poids lourds du régime Moubarak de la vie politique, et rétablir le système électoral uninominal qui avait favorisé l’omnipotence du parti de l’ancien président.

Reuters

Première publication : 09/09/2013

  • ÉGYPTE

    Vers une dissolution de l'Association des Frères musulmans en Égypte ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Vaste opération anti-islamiste de l'armée égyptienne dans le Sinaï

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Vidéo : un navire attaqué au lance-roquettes sur le canal de Suez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)