Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

FRANCE

Municipales 2014 : François Fillon rouvre le débat à droite sur le Front national

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

En cas de second tour entre le PS et FN aux élections municipales de 2014, l’ancien Premier ministre UMP François Fillon appelle à voter pour "le moins sectaire". Une déclaration qui embarrasse à droite et révolte à gauche.

François Fillon a déclenché un tollé à gauche et suscité l’embarras à l’UMP en estimant dimanche 8 septembre qu’il faudrait voter pour "le moins sectaire" des candidats en cas de duel entre le Parti socialiste et le Front national au second tour d’une élection municipale en 2014.

Alain Juppé, autre ancien Premier ministre de droite, a pris ses distances avec cette déclaration dans une interview publiée par le site de "L’Express". Pas question d’alliance avec le FN ni de "coup de pouce" au PS, déclare le député-maire UMP de Bordeaux. Mais "s’il y a un réel danger de victoire du FN, je ne mets (...) pas l’extrême droite et le PS sur le même plan".

L’ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la mairie de Paris, qui a toujours exclu de voter pour un candidat FN, est pour sa part apparue quelque peu embarrassée par les propos de François Fillon, candidat à l’investiture de la droite pour l’élection présidentielle de 2017, et la polémique qu’ils suscitent. "Je pense que les Français n’ont plus envie, nulle part (...) d’avoir des consignes de vote", a-t-elle dit sur i<Télé. Elle a assuré ne pas changer pour sa part de position sur le FN.

Luc Chatel, vice-président de l’UMP qui s’est rapproché de François Fillon, avait jugé auparavant sur RTL que le FN était aujourd’hui "l’allié du Parti socialiste". "Le Front national a rendu possible l’élection de François Hollande" à la présidence de la République, a-t-il déclaré. "À chaque fois que le Parti socialiste est au pouvoir, le chômage est élevé, l’insécurité est élevée, le FN est élevé."

"Votez pour le moins sectaire"

Invité dimanche du "Grand Rendez-vous" Europe 1-Le Monde-i>Télé, François Fillon avait livré une stratégie inédite pour les élections municipales de 2014, en cas de duel PS-FN, après avoir réitéré son "combat total contre l’extrême droite" : "J’ai dit à mes amis à plusieurs reprises ‘Votez pour le moins sectaire’ parce que le maire d’une ville doit être capable de la rassembler. Un maire sectaire ne tient en général pas très très longtemps", a-t-il expliqué. À la question de savoir si un candidat socialiste pouvait être plus "sectaire" qu’un candidat FN, le député UMP de Paris a répondu : "Ça peut arriver, je ne dis pas que c’est toujours le cas, mais ça peut arriver".

Pour le ministre socialiste de l’Éducation Vincent Peillon, François Fillon "a tort pour le pays, il a tort pour son mouvement politique". "On peut trouver toutes les raisons de se démettre d’un certain nombre de principes mais face à l’Histoire, on a toujours tort", a dit Vincent Peillon sur BFM TV et RMC Info. "À laisser entendre qu’il y aurait une équivalence entre le Front national, qui est un parti xénophobe, qui assume des valeurs qui sont souvent anti-républicaines, et le Parti socialiste, je pense que M. Fillon dérape", a-t-il conclu.

Dans un communiqué, le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a accusé François Fillon de "créer un désistement antirépublicain inédit en faveur d’une force d’extrême droite par pur cynisme électoral" et d’ouvrir ainsi la voie à des alliances locales entre l’UMP et le FN. Le porte-parole du PS, David Assouline, a estimé lors de son point de presse hebdomadaire que l’ancien Premier ministre UMP semblait "complètement perdre la boussole républicaine". "M. Fillon (...) a levé une digue supplémentaire (entre) la droite républicaine et celle, xénophobe, représentée par le FN."

"Au cas par cas", dit Borloo

Une ambiguïté que n’a pas levée le président centriste de l’UDI, Jean-Louis Borloo. Sur France Inter, ce dernier a jugé "plus facile" d’administrer une ville "avec des gens de gauche qu’avec le Front national". "Les souvenirs que nous avons des villes gérées par le Front national ne me font pas penser à une ouverture d’esprit", a-t-il dit. "Il faut regarder, honnêtement, au cas par cas. Une municipale n’est pas une élection aussi politisée que les autres", a-t-il cependant plaidé.

Apparemment surpris par les propos de François Fillon, le président de l’UMP, Jean-François Copé, s’était borné dimanche à répéter la ligne officielle du "ni-ni" en cas de duel FN-PS à un scrutin (ni FN, ni front républicain). Le député UMP des Yvelines Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a pour sa part dénoncé sur LCI et Radio Classique "une forme de mépris" à l’égard des électeurs. "Il faut arrêter de dire aux électeurs ce qu’ils ont à faire. Il faut respecter leur vote et en prendre acte. Il y a une forme de mépris à indiquer aux gens ce qu’il est bon de voter. J’y suis totalement opposé", a-t-il dit.

Le vice-président du FN, Florian Philippot, interrogé par BFM-TV, a quant à lui vu dans les derniers propos de François Fillon un symptôme de "panique". "Fillon est tellement paniqué par le poids grandissant, la dynamique grandissante du FN, qu’il est obligé de dire à peu près le contraire de ce qu’il disait il y a trois semaines", a-t-il dit.

Avec dépêches

Première publication : 10/09/2013

  • FRANCE

    Manuel Valls, "ministre préféré des Français" ou "homme à abattre"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Copé propose un débat "sérieux et objectif" sur le quinquennat de Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Nicolas reviens", un business qui séduit les nostalgiques de Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)