Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

EUROPE

Norvège : les conservateurs grands favoris des législatives

© AFP | Erna Solberg est pressentie au poste de Premier ministre.

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/09/2013

Deux ans après la tuerie de l’extrémiste Anders Breivik, la droite, appelée à faire alliance avec un parti populiste anti-immigration, devrait aisément l’emporter aux élections législatives qui se déroulent ce lundi.

La Norvège se rend aux urnes ce lundi pour des législatives qui devraient voir la victoire des conservateurs sans doute appelés à faire alliance avec un parti populiste anti-immigration deux ans après les sanglantes attaques de Breivik.

"Les choses se présentent très bien", a déclaré dimanche la patronne des conservateurs, Erna Solberg, pressentie pour être le prochain Premier ministre de la riche nation scandinave.

"Il nous faut un mandat fort des électeurs pour former un gouvernement ayant des muscles", a-t-elle dit, selon l'agence norvégienne NTB.

Le matin même, un dernier sondage avait confirmé une tendance observée tout au long de la campagne en créditant l'opposition de droite de 54,3% des intentions de vote, soit une confortable majorité de 95 sièges sur 169 au Parlement, contre 39% seulement à la gauche.

A la tête depuis 2005 d'une coalition regroupant son parti travailliste, la Gauche socialiste et le parti centriste, le Premier ministre sortant Jens Stoltenberg a refusé de s'avouer vaincu.

"J'ai un très bon sentiment", a-t-il déclaré après avoir déposé son bulletin dans une école d'un quartier chic d'Oslo dimanche, une petite moitié des 428 municipalités norvégiennes ayant ouvert les bureaux de vote avec un jour d'avance pour faciliter la tâche des électeurs.

Mais, pour les commentateurs, les jeux sont faits.

"Il faut remonter à 1953 pour trouver une élection en Norvège dont les résultats étaient aussi courus d'avance", a affirmé le politologue Frank Aarebrot de l'université de Bergen à l'AFPTV.

"Personne ne croit vraiment que la coalition rouge-verte (sortante) peut gagner cette élection. Non, personne", a-t-il dit.

La gauche est victime d'une usure du pouvoir même si la Norvège, riche en pétrole, affiche une prospérité économique exceptionnelle en Europe avec un chômage quasi inexistant et des niveaux de vie très élevés.

Elle pâtit aussi des défaillances des autorités apparues lors des attaques de l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik qui avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011 en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo puis en ouvrant le feu sur un rassemblement de Jeunes travaillistes sur l'île d'Utoeya.

Paradoxalement, la victoire annoncée de la droite devrait déboucher, pour la première fois de ses 40 ans d'histoire, sur l'arrivée au pouvoir du parti du Progrès (FrP), une formation populiste hostile à l'immigration et dont Breivik était membre jusqu'en 2006.

Le FrP s'est nettement démarqué du tueur et a mis en sourdine ses propos sur les immigrés. Personne en Norvège ne l'associe aujourd'hui au carnage de Breivik, thème remarquablement absent de la campagne axée sur la santé, l'éducation, la fiscalité et l'utilisation de l'immense manne pétrolière.

"Je pense que Breivik n'est pas pertinent dans ce contexte", a confié à l'AFP Peter Linge Hessen, jeune militant travailliste qui a lui-même survécu au massacre d'Utoeya. "Je suis bien sûr déçu que le parti du Progrès ait gagné tant d'influence mais c'est la démocratie".

Donné aux alentours de 15% dans les sondages, le FrP de Mme Siv Jensen semble en fait en passe de perdre près d'un tiers de ses électeurs depuis les précédentes législatives de 2009 et d'être relégué de la deuxième à la troisième place au Parlement.

S'ils sont d'accord pour vouloir l'alternance, les quatre partis de droite n'ont pas encore convenu des contours d'un nouveau gouvernement ni de son programme précis, lesquels dépendront de leur poids respectif au sortir des urnes.

Le scénario jugé le plus probable est un gouvernement minoritaire regroupant les conservateurs et le parti du Progrès, avec le soutien --sans participation-- de deux petits partis centristes, les démocrates chrétiens et les libéraux.

Les différences entre eux sont très importantes, notamment sur les questions d'immigration, d'environnement ou encore d'utilisation du fonds pétrolier, un immense fonds souverain pesant quelque 750 milliards de dollars dans lequel les populistes veulent piocher pour financer leurs promesses.

AFP

Première publication : 09/09/2013

  • INSOLITE

    Vidéo : le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, chauffeur de taxi d’un jour

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Un élu norvégien veut interdire son pays aux Roms et aux Français

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Anders Breivik se plaint de ses conditions de détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)