Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Moscou appelle Damas à détruire ses armes chimiques

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2013

La Russie a appelé Damas à placer ses armes chimiques sous contrôle international puis à les détruire, espérant ainsi empêcher des frappes contre la Syrie, a indiqué Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe.

La Russie a proposé à la Syrie, lundi 9 septembre, de placer ses stocks d'armes chimiques sous contrôle international puis de les détruire, espérant ainsi que cette proposition puisse empêcher une action militaire contre le régime de Damas.

"Nous appelons les dirigeants syriens à non seulement accepter de placer sous contrôle international son stock d'armes chimiques, et ensuite à le détruire, mais aussi à rejoindre pleinement l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Le chef de la diplomatie russe espère désormais que Damas donnera une réponse "rapide et positive" à cette requête.

"Dictateur brutal"

Sergueï Lavrov s'exprimait alors que son homologue américain, le secrétaire d'État John Kerry, avait formulé, un peu plus tôt, la même proposition à Bachar al-Assad : "Bien entendu, il [Bachar al-Assad] pourrait restituer l'intégralité de son arsenal chimique à la communauté internationale, dans la semaine à venir, tout rendre, tout sans délai (...) Mais il n'est pas prêt de le faire, et il ne le peut pas", avait déclaré John Kerry.

Jen Psaki, porte-parole du département d'État, avait ensuite insisté sur le caractère "rhétorique" de la remarque de John Kerry, en soulignant qu'elle ne saurait être interprétée comme un ultimatum ou à une offre de négociation à l'adresse d'un "dictateur brutal" et indigne de confiance.

Avec dépêches

Première publication : 09/09/2013

  • SYRIE

    En cas de frappes en Syrie, Assad menace Washington : "Attendez-vous à tout"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Damas, des jeunes Syriens prêts à devenir des boucliers humains en cas de frappes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le dur parcours des demandeurs d’asile syriens en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)