Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

Moyen-orient

En cas de frappes en Syrie, Assad menace Washington : "Attendez-vous à tout"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

Dans une interview à la chaîne américaine CBS, ce lundi, le président syrien Bachar al-Assad a mis en garde Washington en cas de frappes visant son régime et demandé aux États-Unis de présenter des "preuves" de l’attaque chimique du 21 août.

"Vous devez vous attendre à tout." Le président syrien a ouvertement menacé les États-Unis, lundi 9 septembre, lors d’une interview à la chaîne américaine CBS, en cas de frappes de Washington pour renverser son régime. L’action de Damas "pourrait prendre différentes formes [...] directes et indirectes", a déclaré Bachar al-Assad. "Tous les scénarios sont possibles", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement [syrien] n'est pas le seul acteur dans la région. Il y a différentes parties, différentes factions, différentes idéologies", a-t-il ajouté, sans exclure de recourir aux armes chimiques "si les rebelles, ou des terroristes dans la région, ou tout autre groupe, en possèdent". "Je ne suis pas devin, je ne peux pas vous dire ce qui va arriver."

Assad demande des preuves

Dans un second temps, Bachar al-Assad a appelé les élus américains – qui doivent se prononcer sur une intervention en Syrie - à "demander des preuves" sur l’attaque chimique du 21 août qui avait fait plusieurs centaines de morts. "Soyez transparent […] Le monde entier est déçu par l'administration" Obama, a déclaré le chef de l’État syrien avant de nier une nouvelle fois son implication dans cette attaque.

"Dans la zone où on dit que le gouvernement a utilisé des armes chimiques, nous n'avons que des vidéos, des photos et des allégations. Nous n'y étions pas. Nos forces, notre police ne pensent pas la même chose", a-t-il lancé. "Comment parler de quelque chose sans y avoir assisté ? (...) Notre gouvernement ne parle que quand il a des preuves [...] Les Russes ont des preuves totalement différentes, selon lesquelles les missiles ont été lancés de zones contrôlées par les rebelles", a-t-il également poursuivi.

Le président syrien a également déclaré qu’une intervention contre son pays ferait le jeu d’Al-Qaïda. "Les élus devraient se demander : ‘Qu'apportent les guerres à l'Amérique ?' Rien. Aucun gain politique, aucun gain économique, et pas une bonne réputation […] C'est une guerre qui va contre les intérêts de l'Amérique. Pourquoi? C'est une guerre qui va aboutir à soutenir Al-Qaïda et les gens qui ont tué des Américains le 11-Septembre."

Avec dépêches
 

Première publication : 09/09/2013

  • SYRIE

    Dossier syrien : une semaine décisive pour Paris et Washington

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le Pentagone envisage une opération militaire de 72 heures en Syrie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Frappes en Syrie : pour Paris et Washington, le dénouement approche

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)