Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Moyen-orient

Contrôle des armes chimiques : "Assad ne cherche qu’à gagner du temps"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

Lors d’une interview accordée à FRANCE 24 mardi, l’opposante syrienne Bassma Kodmani a mis en garde contre le risque de voir le régime d’Assad reprendre la main, si les Occidentaux desserrent la pression militaire.

"Désamorcer maintenant la montée en force de la menace militaire serait une erreur." C'est en ces termes que Bassma Kodmani, membre fondatrice de la Coalition nationale syrienne (CNS), dont elle a quitté les rangs en 2012, a accueilli mardi 10 septembre la proposition russe, qui envisage de contrôler les armes chimiques syriennes au lieu de frapper militairement. Pour la militante, cette option permettrait ni plus ni moins à Bachar al-Assad de gagner du temps.

L'opposante Bassma Kodmani

"Tout ce qui peut éviter des destructions supplémentaires est bien-sûr bienvenu. Ceci étant, je crains que le régime de Damas mène en bateau la communauté internationale et que son intention soit uniquement de desserrer l’étau autour de Damas," s’inquiète-t-elle, sur l'antenne de FRANCE 24. Le régime syrien a salué la proposition de démantèlement de son arsenal chimique, mais ne l’a pas validée.

"Il n’y a que la menace crédible qui débloquera la situation"

De plus, pour l’opposante syrienne résidant à Paris, se concentrer sur les armes chimiques est, là encore, une erreur. "Parler du chimique sans parler du reste, c’est regarder la pointe de l’iceberg. Depuis deux ans et demi, nous assistons à des destructions qui ne sont pas dues à des armes chimiques, mais bien à l’utilisation massive d’armes lourdes," lance-t-elle, dénonçant une option qui pourrait permettre à Assad de "survivre politiquement." "J’ai bien peur que ceci permette à Bachar al-Assad de reprendre la main alors qu’il commençait à la perdre..."

Interrogée sur le projet de résolution que la France entend présenter à l’ONU, Bassma Kodmani fustige par ailleurs les "méandres des Nations unies et des négociations de textes." "Il est indispensable de continuer à maintenir la pression pour une intervention contre le régime comme si elle allait se dérouler dans les heures qui viennent," presse-t-elle. "Il n’y a que la menace crédible qui permettra de débloquer cette situation."

Première publication : 10/09/2013

  • SYRIE

    La France va déposer une résolution à l’ONU sur les armes chimiques syriennes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Démanteler les armes chimiques syriennes, mission impossible ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour HRW, l'armée syrienne est probablement à l'origine de l'attaque chimique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)