Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

Amériques

Abercrombie & Fitch condamné pour avoir licencié une employée voilée

© Wikimedia

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

La marque américaine Abercrombie & Fitch a été condamnée pour avoir congédié une de ses employés qui portait le foulard islamique. La juge d'un tribunal de San Francisco a estimé que l'entreprise avait violé les lois contre la discrimination.

Un tribunal de San Francisco a condamné lundi 9 septembre la marque américaine de vêtements Abercrombie & Fitch pour avoir congédié une jeune employée de 19 ans portant le hijab. Alors que l’entreprise avait justifié ce licenciement sous le prétexte que le port du foulard islamique affectait son activité commerciale, la juge a estimé "qu’Abercrombie n’avait pas réussi à apporter la preuve que ses ventes avaient baissé".

Lors de son embauche en 2010 dans un magasin californien Hollister, une marque apparentée à Abercrombie & Fitch, Hani Khan, la jeune femme concernée, avait eu le droit de porter son hijab au travail. Mais quelques mois plus tard, sa supérieure était revenue sur sa décision. "Elle a exprimé des inquiétudes concernant mon foulard", a ainsi raconté Hani Khan à la chaîne américaine ABC. "Mes employeurs pensaient que cela ne collait pas avec le style préconisé pour les vendeurs, et j’ai trouvé cela vraiment injuste", poursuit la jeune femme.

Une publicité d'Abercrombie & Fitch où des vendeurs aux physiques avantageux sont mis en avant

De nombreux précédents

La marque Abercrombie est en effet connue pour ses directives très strictes en matière d’apparence et de style vestimentaire. Selon un guide distribué aux employés et récemment dévoilé par le site Buzzfeed, la marque décrit ainsi quelles sont les coiffures tolérées. "Toutes les coupes de cheveux pour hommes et femmes doivent être soignées, propres, naturelles, entretenues et classiques. Aucun employé n'est autorisé à avoir une coupe de cheveux ou une coloration 'extrêmes'. La coupe et la couleur de cheveux doit refléter votre beauté naturelle", peut-on lire dans ce document.

Le PDG de la compagnie Mike Jeffries avait d’ailleurs suscité un énorme tollé en mai dernier lorsqu’une interview datant de 2006 avait refait surface sur les réseaux sociaux. Dans cet entretien, le directeur expliquait que sa marque était avant tout destinée à des clients "cools et beaux".

Soupçonnée également de recruter du personnel en fonction de leur physique avantageux, la marque américaine est même entrée dans le collimateur en France du Défenseur des droits, Dominique Baudis. En juillet dernier, il a décidé de lancer une enquête sur les pratiques d’embauches de la société, afin de vérifier si elles ne sont pas discriminatoires.

En 2005, Abercrombie & Fitch avait déjà dû verser 40 millions de dollars après une action collective aux États-Unis de plusieurs milliers de plaignants affirmant s’être vu refuser un emploi en raison de leur origine.

Huit ans après cette première affaire, Hani Khan espère aujourd’hui que son cas va enfin avoir un impact. "J’espère vraiment qu’ils vont changer leur politique et leurs pratiques", a confié l’ancienne employée sur l’antenne d’ABC. La justice américaine doit déterminer le 30 septembre prochain, lors d’une nouvelle audience, la peine dont va écoper Abercrombie & Fitch.

Les coupes de cheveux préconisées par Abercrombie & Fitch
© www.buzzfeed.com


 

Première publication : 10/09/2013

  • FRANCE

    Trappes : tentative de suicide de l'adolescente voilée qui avait porté plainte pour agression

    En savoir plus

  • CANADA

    Le Québec veut bannir les signes religieux dans les institutions publiques

    En savoir plus

  • FRANCE

    Universités : interdire le voile serait "une très mauvaise idée"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)