Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

SPORT

Attribution du Mondial-2022 au Qatar : Sepp Blatter reconnaît "une erreur"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

Après avoir admis qu'il serait préférable que le Mondial-2022 organisé au Qatar se déroule en hiver, le président de la Fifa, Sepp Blatter, va plus loin en reconnaissant que l'attribution de la Coupe du monde à l'émirat était peut-être "une erreur".

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa), Sepp Blatter, n’en finit plus de se justifier au sujet de l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Dans une interview accordée le 9 septembre au site sportif Insideworldfootball.com, le dirigeant suisse a reconnu que le choix de ce pays de la péninsule arabique pour accueillir la compétition de football n’avait pas été des plus pertinents. "Il se peut bien que nous ayons commis une erreur à l’époque", a ainsi déclaré le patron de la Fifa.

En juillet dernier, Sepp Blatter avait déjà fait marche arrière en faisant part pour la première fois de son désir de voir les matchs se disputer en hiver plutôt qu’en juin, la période durant laquelle se déroule traditionnellement le tournoi. Depuis l’attribution du Mondial-2022 au Qatar, ce choix suscite en effet la controverse en raison des fortes températures, souvent proches des 50 degrés, qui sévissent l’été dans l'émirat.

"Il est clair qu'on ne peut pas jouer par cette chaleur en plein été, il faut prendre en compte la santé des joueurs. C'est possible de refroidir un stade mais pas un pays tout entier. C'est pourquoi le comité exécutif doit se montrer courageux et faire prendre conscience aux Fédérations qu'il faut changer quelque chose", avait-il alors expliqué.

L’opposition des Fédérations européennes

Mais ces déclarations ont été mal accueillies par les Fédérations des grands championnats comme la France, l’Angleterre, l’Espagne ou encore l’Italie qui devront bouleverser leur calendrier si le Mondial se déroule durant la période hivernal.

Malgré les nombreux mécontentements et les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur l'attribution du Mondial au Qatar, Sepp Blatter a toutefois réaffirmé son soutien inconditionnel à l'émirat.  Selon lui, la Fifa est "déterminée à apporter la Coupe du monde au Moyen-Orient et à donner la joie au peuple de cette région". Pour le patron du football mondial, l'Europe n'a d'ailleurs plus à dicter sa loi au reste du monde.

"Il faut prendre en considération les réalités politiques et géopolitiques. La Coupe du monde est l’épreuve mondiale la plus importante, même si ce n’est pas la seule organisée par la Fifa. Qui sommes-nous, nous les Européens, pour exiger que cette compétition réponde avant tout aux besoins des 800 millions d’Européens ?", s’est-t-il ainsi justifié sur le site Insideworldfootball.com. "Il est grand temps que l’Europe commence à comprendre qu’elle ne dirige plus le monde et que d’anciennes puissances impériales ne peuvent plus imposer leur volonté à d’autres", a conclu Sepp Blatter.

Première publication : 10/09/2013

  • QATAR

    Doha prépare une Coupe du monde à 156 milliards d'euros

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Qatar : vers une Coupe du monde 2022 en hiver

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial 2022 : le Qatar a-t-il triché ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)