Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama à Hiroshima : un hommage mais pas d’excuses

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Accord de la zone Euro : nouveau plan de sauvetage pour la Grèce

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Barack Obama à Hiroshima : l'appel pour un monde sans armes nucléaires

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Euro-2016 : la France chausse les crampons

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Turquie, que reste-il de la révolte de Gezi ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

FRANCE

Réforme des retraites : une journée de grève en demi-teinte

© AFP | Archive 2010

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2013

Des manifestations pour protester contre la première réforme des retraites de la gauche se déroulent mardi dans toute la France. Quelque 180 défilés et rassemblements battent le pavé mais la mobilisation reste timide...

La journée de grève et de manifestations ce mardi à l'appel de quatre syndicats - CGT, FO, Solidaires, FSU-, contre la première réforme des retraites d'un gouvernement de gauche, s'annonçait modeste à la mi-journée, le numéro un de FO Jean-Claude Mailly lui-même ne croyant pas à une "déferlante".

"Ce sera une journée militante réussie", a prévu dès la matinée M. Mailly, qui n'a "jamais cru qu'il y aurait autant de monde qu'en 2010" dans la rue lorsque la contestation contre la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy avait rassemblé au mieux entre 1,2 et 3,5 millions de salariés.



Pour M. Mailly, la mobilisation limitée s'explique par "la crise qui est là. Les gens se disent 'encore une énième réforme de retraites'". Par ailleurs, reconnaît-il, "certains points" du projet "ont été déminés" notamment sur la question de la pénibilté", même si cela reste "insuffisant".

Son homologue de la CGT Thierry Lepaon voit lui aussi dans la réforme "un progrès" en rappelant la pénibilité. Il justifie la journée par la nécessité d'"améliorer" le projet de loi du gouvernement qui sera présenté le 18 septembre en conseil des ministres. Il a toutefois assuré que la mobilisation allait "surprendre".

A l'inverse de 2010, les syndicats ne réclament pas le retrait du projet, mais leur contestation se focalise sur l'allongement progressif de la durée de cotisation à 43 ans en 2035, qui fait du projet de loi sur le retraites une loi "anti-jeunes", selon eux.

Malgré l'appel à la grève, peu de perturbations ont été observées dans les transports et dans les aéroports parisiens d'Orly et de Roissy.

Des défilés et des rassemblements sont prévus dans 180 villes.

Dès la matinée, des cortèges ont été suivis à Grenoble (2.000 manifestants selon la police, de 8 à 10.000 selon la CGT), Strasbourg (1.200 selon la police), Nantes, Rennes ou Lyon.

Au Mans, des manifestants ont recouvert de copeaux de papier blanc la rue Bigot où se trouve la fédération socialiste. "Retraite, 20 ans de régression çà suffit", lisait-on sur une banderole à Nantes, la ville du Premier ministre Jean-Marc-Ayrault.

"De l'argent, il y en a dans la banque de DSK!", criaient des manifestants grenoblois, tandis qu'à Strasbourg, un slogan accusait le PS de faire "une politique de misère".

A Saint-Denis de la Réunion, entre 5 à 600 manifestants selon la police, 3.000 selon les organisateurs, ont déposé une motion à la préfecture réclamant une "politique de relance et d'emploi" et un "départ à 60 ans avec une retraite à taux plein". Les étudiants de l'Unef Réunion ont mené une opération escargot.

A Paris, les leaders de FO et de la CGT défileront côte à côte en début d'après-midi de la Place de la République vers Nation.

Une délégation de salariés de Darty va rejoindre le défilé contre des suppressions de postes en Ile-de-France.

"C'est l'image d'un volcan, ça bouillonne"

Au gouvernement on suit avec attention la contestation dont les mots d'ordre sont étendus aux questions des salaires et de l'emploi.

M. Mailly prévient: "c'est l'image d'un volcan : vous avez un peu de fumée, la terre ne tremble pas, mais ça bouillonne et à un moment il faut que ca sorte!". "Ca sortira en partie aujourd'hui" et "un moment donné quand ça ne sort pas syndicalement, ça sort politiquement".

"La lourdeur de la crise a créé chez les salariés une logique de repli et de résignation plutôt que de combat", explique à l'AFP Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du Travail. D'autant plus, selon lui, qu'ils reconnaissant le "caractère inévitable d'une réforme des retraites".

Par ailleurs, selon lui, "un gouvernement de gauche leur paraît un peu moins pire que la droite" et une "perméabilité existe entre la sympathie syndicale, notamment chez les fonctionnaires, et la sympathie envers le PS".

A l'inverse de 2010, les syndicats réformistes ne sont pas dans la rue : la CDFT, la CFE-CGC et la CFTC espèrent obtenir de nouvelles avancées sur le dissier des retraites notamment en faveur des jeunes lors du débat parlementaire début octobre.

Si les Français sont pas tous dans la rue, ils ne sont pas non plus convaincus par le projet des retraites: sept sur dix estiment qu'il va plutôt dans la mauvaise direction (sondage CSA) et plus d'un sur deux (56%) déclarent soutenir la mobilisation (enquête Harris interactive).

AFP
 

Première publication : 10/09/2013

  • ÉMISSION "TOUS POLITIQUES"

    Michel Sapin : le projet de réforme des retraites est "équilibré" et "juste"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Réforme des retraites : "Notre pays va droit dans le mur", prévient le Medef

    En savoir plus

  • FRANCE

    Réforme des retraites : les cotisations des actifs et des entreprises vont augmenter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)