Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

asie

Islamabad annonce la libération de l'ex-numéro 2 des Taliban afghans

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

Islamabad devrait libérer avant la fin du mois de septembre le mollah Abdul Ghani Baradar, ancien numéro deux du mouvement Taliban, dans l'espoir de favoriser les efforts de paix en Afghanistan, ont annoncé les autorités pakistanaises.

C’est une annonce de libération surprise qu’ont révélé les autorités pakistanaises, mardi 10 septembre. L'ancien bras droit du mollah Omar, le chef des Taliban afghans, Abdul Ghani Baradar, devrait recouvrer la liberté "dans un mois" dans l'espoir de faciliter le processus de paix en Afghanistan, a indiqué Sartaj Aziz, le chef de la diplomatie pakistanaise.

Cet ancien numéro deux des rebelles et plus importante figure de l'insurrection afghane avait été arrêté en février 2010 à Karachi, la mégapole du sud du Pakistan. Le président afghan Hamid Karzaï réclamait sa libération depuis longtemps. Il espèrait qu'une fois libéré, le mollah Baradar pourrait convaincre les Taliban de s’asseoir à la table des pourparlers de paix avec Kaboul pour tenter de pacifier le pays à l'approche de la présidentielle d'avril et du retrait des forces de l'Otan à la fin 2014.

Est-ce seulement possible ? De nombreux analystes jugent que cette libération n’aura que peu d’impact sur le processus de paix afghan. Selon eux, les précédents Taliban libérés seraient retournés sur le terrain du combat, en attendant la libération de prisonniers jugés influents, comme le mollah Baradar justement.

Karzaï, la "marionnette" des États-Unis

Il n’empêche, le Haut conseil afghan pour la paix (HCP), organe du pouvoir à Kaboul dont la mission est d'établir des contacts avec l'insurrection talibane, "se félicite de cette décision du gouvernement pakistanais", a commenté un de ses responsables, Ismail Qasemyar.

Contacté par l'AFP, le porte-parole des Taliban afghans, Zabiullah Mujahid, plus prudent, a affirmé de son côté que son mouvement évaluait la situation avant de se prononcer sur cette annonce surprise du Pakistan, pays qui entretient des relations historiques avec l'insurrection afghane.

Les Taliban afghans se sont déjà montrés favorables à des pourparlers de paix avec les États-Unis, mais refusent de discuter directement avec le président Hamid Karzaï, qu'ils considèrent comme une "marionnette" de Washington. Ils refusent aussi de participer à la présidentielle visant à désigner le successeur de Karzaï, qui ne peut briguer un troisième mandat à la tête de l'État, selon la Constitution.

Avec dépêches

Première publication : 10/09/2013

  • PAKISTAN

    Islamabad libère sept responsables taliban afghans

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le médecin qui a aidé à débusquer Ben Laden rejugé pour trahison au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Hamid Karzaï de nouveau au Pakistan pour négocier la paix avec les Taliban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)