Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

asie

Islamabad annonce la libération de l'ex-numéro 2 des Taliban afghans

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

Islamabad devrait libérer avant la fin du mois de septembre le mollah Abdul Ghani Baradar, ancien numéro deux du mouvement Taliban, dans l'espoir de favoriser les efforts de paix en Afghanistan, ont annoncé les autorités pakistanaises.

C’est une annonce de libération surprise qu’ont révélé les autorités pakistanaises, mardi 10 septembre. L'ancien bras droit du mollah Omar, le chef des Taliban afghans, Abdul Ghani Baradar, devrait recouvrer la liberté "dans un mois" dans l'espoir de faciliter le processus de paix en Afghanistan, a indiqué Sartaj Aziz, le chef de la diplomatie pakistanaise.

Cet ancien numéro deux des rebelles et plus importante figure de l'insurrection afghane avait été arrêté en février 2010 à Karachi, la mégapole du sud du Pakistan. Le président afghan Hamid Karzaï réclamait sa libération depuis longtemps. Il espèrait qu'une fois libéré, le mollah Baradar pourrait convaincre les Taliban de s’asseoir à la table des pourparlers de paix avec Kaboul pour tenter de pacifier le pays à l'approche de la présidentielle d'avril et du retrait des forces de l'Otan à la fin 2014.

Est-ce seulement possible ? De nombreux analystes jugent que cette libération n’aura que peu d’impact sur le processus de paix afghan. Selon eux, les précédents Taliban libérés seraient retournés sur le terrain du combat, en attendant la libération de prisonniers jugés influents, comme le mollah Baradar justement.

Karzaï, la "marionnette" des États-Unis

Il n’empêche, le Haut conseil afghan pour la paix (HCP), organe du pouvoir à Kaboul dont la mission est d'établir des contacts avec l'insurrection talibane, "se félicite de cette décision du gouvernement pakistanais", a commenté un de ses responsables, Ismail Qasemyar.

Contacté par l'AFP, le porte-parole des Taliban afghans, Zabiullah Mujahid, plus prudent, a affirmé de son côté que son mouvement évaluait la situation avant de se prononcer sur cette annonce surprise du Pakistan, pays qui entretient des relations historiques avec l'insurrection afghane.

Les Taliban afghans se sont déjà montrés favorables à des pourparlers de paix avec les États-Unis, mais refusent de discuter directement avec le président Hamid Karzaï, qu'ils considèrent comme une "marionnette" de Washington. Ils refusent aussi de participer à la présidentielle visant à désigner le successeur de Karzaï, qui ne peut briguer un troisième mandat à la tête de l'État, selon la Constitution.

Avec dépêches

Première publication : 10/09/2013

  • PAKISTAN

    Islamabad libère sept responsables taliban afghans

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le médecin qui a aidé à débusquer Ben Laden rejugé pour trahison au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Hamid Karzaï de nouveau au Pakistan pour négocier la paix avec les Taliban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)