Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Moyen-orient

Pour HRW, l'armée syrienne est probablement à l'origine de l'attaque chimique

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

Évoquant des preuves crédibles, l'ONG de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch estime que l'armée syrienne est très probablement à l'origine de l'attaque aux armes chimique du 21 août près de Damas.

L'armée syrienne est très probablement à l'origine de l'attaque aux armes chimiques du 21 août près de Damas, a déclaré mardi 10 septembre Human Rights Watch. C'est la première fois qu'un organisme non-gouvernemental accuse ainsi le régime syrien. Jusqu'ici, seuls des gouvernements occidentaux, notamment Washington et Paris, avaient ouvertement accusé Damas. L'organisation de défense des droits de l'Homme affirme dans un rapport de 22 pages que des preuves crédibles "suggèrent fortement" que ce sont les forces armées du président Bachar al-Assad qui ont lancé cette attaque.

Human Rights Watch tire ces conclusions de l'analyse de récits de témoins des attaques du 21 août, d'informations sur la source probable des attaques, de débris des armes utilisées et des symptômes présentés par les victimes. "Des débris de roquettes et les symptômes des victimes de l'attaque du 21 août à Ghouta constituent des éléments de preuves crédibles concernant les armes utilisées," a ainsi déclaré le directeur des situations d'urgence de HRW, Peter Bouckaert. "Ces éléments de preuves suggèrent fortement que ce sont les forces du gouvernement syrien qui ont lancé ces roquettes porteuses d'armes chimiques sur les banlieues de Damas ce matin-là", a-t-il ajouté. Selon HRW, le type de roquettes et de lanceurs utilisés pour cette attaque sont "uniquement détenus et utilisés" par l'armée syrienne.

Utilisation de gaz sarin

Du gaz sarin a aussi probablement été utilisé, a ajouté HRW qui précise que deux types de roquettes semblent avoir été utilisés - une roquette de 330 mm équipée d'une tête capable de porter une grande quantité d'agents chimiques liquides, et une roquette plus petite de 140 mm capable de porter 2,2 kilos de sarin.

Les États-Unis affirment que plus de 1 400 personnes, dont 400 enfants, ont été victimes de gaz au cours de l'attaque, à l'origine des menaces du président Barack Obama de frappes militaires contre le régime syrien. D'autres sources font état d'un nombre inférieur de victimes mais d'un bilan élevé. Les pays occidentaux et la Ligue arabe ont condamné cette attaque et accusé le regime syrien qui continue de nier ces accusations.

HRW estime qu'il s'agit de la première attaque importante à l'arme chimique depuis l'attaque au gaz par le gouvernement irakien contre la population civile kurde à Halabja il y a 25 ans.

Avec dépêches


Première publication : 10/09/2013

  • SYRIE

    La proposition russe sur la Syrie est "potentiellement positive" selon Obama

    En savoir plus

  • SYRIE

    Moscou et Damas suggèrent une mise sous contrôle des armes chimiques syriennes

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Damas, des jeunes Syriens prêts à devenir des boucliers humains en cas de frappes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)