Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

Moyen-orient

La France va déposer une résolution à l’ONU sur les armes chimiques syriennes

© Capture d'écran

Vidéo par Gauthier RYBINSKI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

La France va présenter mardi à l’ONU un projet de résolution sur le contrôle et le démantèlement des armes chimiques en Syrie. Une proposition visant à vérifier si l'initiative russe peut véritablement permettre de sortir de la crise.

"Il faut prendre la perche qui est tendue, sans tomber dans un piège." C’est avec une certaine retenue que le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a répondu, mardi 10 septembre, à la proposition russe de mettre les stocks d'armes chimiques syriens sous contrôle international.

Laurent Fabius explique le contenu de la résolution qui va être déposée à l'ONU

Dans une brève allocution depuis le Quai d’Orsay, le chef de la diplomatie française a dit accueillir cette offre "avec intérêt mais aussi avec précaution." La France veut avoir la preuve qu’il ne s’agit "pas d’une manœuvre de diversion par le régime syrien."

Pour s’en assurer, Laurent Fabius a annoncé que Paris allait déposer aujourd’hui un projet de résolution à l’ONU. Son but : "faire condamner le massacre du 21 août perpétré par le régime de Bachar al-Assad, exiger que le régime fasse sans délai toute la lumière sur les armes chimiques, imposer un contrôle international et démanteler les stocks." Il faudra également "prévoir des conséquences sérieuses en cas de violation" et "sanctionner les auteurs du massacre du 21 août devant la justice pénale internationale."

"Toutes les options restent sur la table"

Damas donne son accord à l'initiative russe

Les autorités syriennes ont accepté de placer leur arsenal chimique sous contrôle international, conformément à la proposition russe qui pourrait permettre d'éviter des frappes occidentales, selon l'agence de presse Interfax citant le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al Moualem.

"Nous avons eu hier un cycle de discussions très fructueux avec le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui a proposé une initiative relative aux armes chimiques. Et, dans la soirée, nous nous sommes entendus sur l'initiative russe", a-t-il déclaré au président de la Douma, selon l'agence russe.

C’est uniquement sous ces conditions que "nous jugerons de la crédibilité des annonces d’hier", a-t-il encore ajouté, persuadé que cette résolution "mettra tout le monde au pied du mur." En attendant, "toutes les options restent actuellement sur la table", y compris l'option militaire.

En parallèle, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a annoncé collaborer avec Damas sur la mise en place d'un projet "effectif, concret" de contrôle de l'arsenal chimique syrien. Moscou, qui devrait présenter ce projet prochainement à d'autres pays, a assuré que la proposition du contrôle international des armes chimiques n'était pas spécifiquement russe mais était le fruit de contacts avec les États-Unis.

Plusieurs acteurs internationaux majeurs ont d'ores et déjà décidé d'apporter leur soutien à la proposition russe. C'est le cas de la Chine, qui opposait jusque là son veto au Conseil de sécurité de l’ONU depuis le début du conflit.

Autre soutien de poids : le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a emboîté le pas à Pekin en indiquant qu’il soutenait aussi l'initiative russe. Et d’ajouter : "Si vous vous rappelez de mes déclarations depuis plusieurs jours, j'ai insisté sur le fait que nous recherchons une solution politique, peut-être que les pourparlers entre les États-Unis et la Russie mèneront à quelque chose". Le 1er septembre, la Ligue arabe avait "appelé l'ONU et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités" et à "prendre les mesures de dissuasion nécessaires" contre le régime de Bachar al-Assad qu'elle a accusé, elle aussi, d'avoir mené l'attaque chimique du 21 août près de Damas.

Elle ne s'est toutefois pas prononcée sur d'éventuelles frappes occidentales, un sujet qui divise les pays arabes. L'Égypte, l'Algérie, l'Irak ou encore le Liban sont hostiles à une intervention étrangère.

Première publication : 10/09/2013

  • SYRIE

    Moscou et Damas suggèrent une mise sous contrôle des armes chimiques syriennes

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Damas, des jeunes Syriens prêts à devenir des boucliers humains en cas de frappes

    En savoir plus

  • SYRIE

    En cas de frappes en Syrie, Assad menace Washington : "Attendez-vous à tout"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)