Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Moyen-orient

Moscou juge "inacceptable" le projet de résolution de la France sur la Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2013

La Russie a jugé "inacceptable" en l'état le projet de résolution de la France rendant, entre autres, le régime syrien responsable de l'attaque chimique du 21 août en périphérie de Damas. Moscou va déposer son propre projet à l'ONU.

Sans surprise, Moscou n'a pas vraiment apprécié le projet de résolution de la France sur le contrôle et le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, dans lequel Paris veut rendre Damas responsable de l'attaque chimique du 21 août, en banlieue de la capitale syrienne.

Mardi 10 septembre, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov l'a vivement indiqué à son homologue français, Laurent Fabius. Au cours de la dicussion téléphonique entre les deux hommes, Lavrov a affirmé que son pays allait déposer au Conseil de sécurité de l'ONU son propre texte sur un contrôle international des armes chimiques syriennes.

Un contrôle des armes possible si les États-Unis renoncent à la force

Dans la foulée, Vladimir Poutine, le président russe, a également annoncé que le contrôle des armes chimiques syriennes ne sera possible qu'à la condition où les États-Unis renonceraient au recours à la force.

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU devrait se tenir mardi à 22 heures (heure de Paris). Dans le même temps, le Royaume-Uni, la France et les États-Unis devraient également "présenter une résolution aujourd'hui", a annoncé le Premier ministre britannique David Cameron.

"Sanctionner les auteurs du massacre du 21 août"

Laurent Fabius avait annoncé plus tôt que le texte proposé par Paris reposait sur trois points : "faire condamner le massacre du 21 août perpétré par le régime de Bachar al-Assad, imposer un contrôle international sur les armes chimiques et démanteler les stocks." Laurent Fabius avait ajouté qu'il faudrait aussi "sanctionner les auteurs du massacre du 21 août devant la justice pénale internationale."

C’est uniquement sous ces conditions que la France veut juger de la crédibilité des annonces russes, avait ajouté le chef de la diplomatie française, affirmant que "toutes les options [restaient] actuellement sur la table", y compris l'option militaire.

Pour rappel, la Syrie a accepté mardi de placer son arsenal chimique sous contrôle international pour échapper à des frappes occidentales, conformément à une proposition russe que la France, le Royaume-Uni et les États-Unis veulent faire adopter à l'ONU sous la forme d'une résolution contraignante du Conseil de sécurité.
 

Avec dépêches

Première publication : 10/09/2013

  • SYRIE

    Contrôle des armes chimiques : "Assad ne cherche qu’à gagner du temps"

    En savoir plus

  • SYRIE

    La France va déposer une résolution à l’ONU sur les armes chimiques syriennes

    En savoir plus

  • SYRIE

    Démanteler les armes chimiques syriennes, mission impossible ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)