Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Amériques

Syrie : Obama donne sa chance à la voie diplomatique

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2013

Lors de son allocution à la nation, le président américain a demandé au Congrès de repousser son vote sur des frappes en Syrie. S’il reste convaincu de la nécessité d’une opération militaire, Obama affirme vouloir donner une chance à la diplomatie.

Depuis la Maison Blanche où il s'adressait à la nation, Barack Obama a affirmé, mardi 10 septembre, qu'il souhaitait donner une chance à la diplomatie en Syrie au moment où le régime de Bachar al-Assad assure être prêt à renoncer à son arsenal chimique comme le proposait Moscou.

"l'opinion américaine est majoritairement opposée à une action militaire"

Face aux caméras, le président américain a confirmé que le vote du Congrès sur une intervention en Syrie serait repoussé afin de laisser une dernière chance à la diplomatie. S’il précise qu’il a "ordonné à l’armée américaine de maintenir ses positions […] en cas d’échec [des discussions]", il confirme que la priorité va désormais à la voie diplomatique ouverte par la Russie. Moscou a en effet proposé de mettre sous contrôle international l’arsenal chimique syrien. "Cette initiative peut permettre de mettre un terme à la menace des armes chimiques sans recourir à la force, en particulier parce que la Russie est l'un des plus puissants alliés d'Assad", estime Barack Obama.

Mais sur le fond, le président américain n’a pas dévié de la position qu’il défend depuis le 21 août, date des attaques à l’arme chimique près de Damas. "Les images de ce massacre sont absolument révoltantes. […] Ce soir-là, le monde a vu dans le détail l’horreur des armes chimiques. […] Il s’agit d’une violation des lois de la guerre", a-t-il expliqué.

Barack Obama a également réitéré que, selon les experts américains, la culpabilité du régime ne faisait guère de doute : "Nous savons que le régime d’Assad est responsable […] Nous savons que les responsables militaires [du régime] ont analysé les résultats de l’attaque et que le régime a augmenté les bombardements de ces mêmes quartiers dans les jours qui ont suivi".

Un enjeu de sécurité nationale

Parmi les points sur lesquels le président américain était particulièrement attendu, les enjeux de la sécurité nationale ont été largement évoqués. "Ce sont des armes de destruction massive qui tuent tout le monde, civils comme militaires. Depuis un siècle, nous luttons contre ces armes. […] Personne ne conteste que ces armes aient été utilisées en Syrie", a-t-il martelé. "Si nous n’agissons pas, d’autres tyrans ne réfléchiront pas à deux fois avant d’utiliser ces armes chimiques. Le fait de ne pas s’opposer à l’utilisation des armes chimiques va diminuer l’ardeur de la communauté internationale, qui œuvre pour bannir l’utilisation de ces armes de destruction massive."

Si Barak Obama insiste sur le danger que représente la prolifération des armes chimiques, il reconnaît néanmoins que la menace n’est pas imminente : "En l’absence d’une menace directe, j’ai décidé de soumettre cette décision au Congrès. […] Nous sommes plus efficaces quand nous sommes unis."

"des signes encourageants ces derniers jours"

Après la récente proposition de la Russie sur le contrôle international de l’arsenal chimique syrien, le président américain a estimé que "des signes encourageants" avaient été perçus. Des avancées qu’il estime provoquées "par les menaces proférées par la communauté internationale" pour punir le régime.

Il a également rappelé que "le gouvernement d’Assad a reconnu l’existence de ces armes et [s’était] dit prêt à signer l’accord sur la mise sous contrôle international de son arsenal chimique."

Pas de troupes au sol

Barack Obama sait néanmoins qu’en dépit des arguments avancés, l’opinion publique américaine reste marquée par les dernières interventions américaines en Irak et en Afghanistan. Deux conflits qui ne sont en rien comparable au projet d’opération militaire en Syrie, assure-t-il.

"je n'enverrai pas de troupes sur le terrain en syrie"

"Je sais qu’après le grand nombre de morts en Afghanistan et en Irak, une intervention armée n’est guère populaire […] Est-ce que cela ne va pas mener à une nouvelle guerre, se demandent certains de nos concitoyens ? Non, car je n’enverrai pas de troupes américaines sur le terrain en Syrie. Je ne vais pas entreprendre d’opération militaire de longue durée", a-t-il rappelé, réitérant également que l’objectif n’était pas de "renverser un dictateur par la force".

Enfin, le président américain a tenu à rassurer l’opinon publique sur l’éventualité de représailles syriennes aux frappes aériennes : "Nous n’excluons aucune représaille mais nous savons qu’Assad n’a pas les moyens militaires de nous menacer. Ils n’ont pas non plus intérêt à aggraver la situation. Nos alliés et Israël peuvent se défendre et bénéficieront de notre soutien".

Première publication : 11/09/2013

  • SYRIE

    Damas se dit prêt à renoncer à son arsenal chimique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Moscou juge "inacceptable" le projet de résolution de la France sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : Pour l'opposant Michel Kilo, "il ne reste aujourd’hui que la solution militaire"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)