Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

SPORT

Disparitions de sportifs en série aux Jeux de la Francophonie

© Eric Chaurin / RFI

Vidéo par AITV

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 11/09/2013

Vingt-six sportifs et athlètes africains ont disparu à Nice à l’occasion de la 7e édition des Jeux de la Francophonie. Treize sportifs congolais, sept artistes djiboutiens et six Ivoiriens et Ivoiriennes sont dans la nature.

Les jours se suivent et se ressemblent à Nice où l'on compte plus les athlètes africains disparus que les médailles aux 7e Jeux de la Francophonie. Après la RDC, c’est au tour de la Côte d’Ivoire de tristement se signaler avec la disparation de six membres de la délégation.

Après la fuite d’un danseur de hip-hop, vendredi, de deux lutteurs Kouadio Brou Arnaud (-74kg) et Aladji Abass (-64kg) lundi soir après leur pesée, ce sont trois basketteuses ivoiriennes qui ont disparu mercredi matin.

"Cela a été très difficile de constater au réveil qu’il nous manquait trois joueuses importantes dans notre équipe, trois "soeurs". Elles nous ont lâchés, a déploré la jeune Salimata Berté (24 ans) au micro de FRANCE 24. Ce n’est vraiment pas facile. On était dans la déprime."

L’Ivoirienne Salimata Berté revient sur la disparation de 3 coéquipières : "Elles nous ont lâché"


D’autant plus que parmi les trois joueuses disparues figurait la capitaine Assetou Kolga, championne de Côte d’Ivoire avec le Club Sportif Abidjanais, qui préparait également le prochain AfroBasket organisé à Madagascar. "Je ne comprends pas, sincèrement je ne comprends pas…", a continué Salimata Berté. Une incompréhension partagée par la meilleure marqueuse ivoirienne Kani Kouyaté, coéquipière d’Assetou Kolga à Abidjan. "Le ministre des Sports a clairement indiqué que nous étions venus ensemble et qu’il fallait revenir ensemble. C’est vraiment dommage. Ça m’attriste, mais c’est leur choix."

Treize athlètes de RDC dans la nature

La Côte d'Ivoire qualifiée pour les demi-finales

Les Ivoiriennes, privées des deux sœurs Kolga, Maimounatou et Assetou et également d’Angelina Yvonne Bognini Halobo ont réussi à se hisser en demi-finale du tournoi en battant en quarts de finale la France 68 à 63. En demi-finale, jeudi, la Côte d’Ivoire affrontera les Belges de Wallonie/Bruxelles, victorieuses des Maliennes 70-62.

Ces 7e Jeux de la Francophonie avaient déjà commencé par la disparition massive d’athlètes congolais. Treize d’entre-eux ont disparu dans la nature : les footballeurs Enoch Ekangamene, Vivien Mayele, Bukasa Bakangila, les cyclistes Salomon Kongolo Mpunga et Enoch Manzambi Kalunga, la sprinteuse Julie Kasongo Pitali et enfin toute l’équipe féminine de basket-ball.

"On a tendu un piège à nos athlètes, a assuré sur RFI Barthélémy Okito, chef de la délégation de la RDC. On leur a fait miroiter des histoires, des bobards."

"Personne ne peut te donner des idées de fuite, a nuancé de son côté la basketteusse Salimata Berté. Elles ont dû planifier ça dès le départ."

L’entraîneur de l’équipe de football, Baudouin Lofombo, a fait part de son incompréhension : "En restant en France, qu’est-ce qu’ils [les sportifs en fuite, NDLR] vont faire ? Ils vont être sans-papiers, ils vont devenir des poubelliers. Moi, je préfère qu’ils rentrent au pays avec nous. Ils ont l’avenir devant eux. Donc, pourquoi rester ici ?"

"Il y a un côté mirage avec ce qu’il pense trouver ici"

Bernard Maccario, directeur général du Comité national des Jeux de la Francophonie, s’est montré fataliste au micro de FRANCE 24, avouant de la "tristesse et de l’incompréhension."

"On assiste à un phénomène de banalisation. On a connu ce même type de problème en 2001 à Ottawa lors de précédents Jeux de la Francophonie. Une centaine d’athlètes avait demandé à rester. À chaque grand événement sportif, c’est la même chose."

Des mesures ont toutefois été prises par l’organisation, comme le "contrôle des accès aux lieux d’hébergements des délégations" pour éviter que des individus mal intentionnés viennent tenter certains athlètes.

"Je pense que certains athlètes et artistes ne se représentent pas l’honneur qu’ils ont de venir défendre les couleurs de leur pays à l’occasion de ces Jeux, souligne Bernard Maccario. Mais il y a un côté mirage avec ce qu’il pense trouver ici."

Première publication : 11/09/2013

  • RD CONGO

    Disparition de dix athlètes congolais venus en France pour les Jeux de la Francophonie

    En savoir plus

  • JEUX DE LA FRANCOPHONIE

    Première participation du Qatar aux Jeux de la Francophonie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)