Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Economie

Paris prévoit plus d'économies et moins de croissance pour 2014

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2013

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'un effort "sans précédent" de 15 milliards d'euros allait être inscrit dans le budget de 2014 alors que le gouvernement a revu à la baisse ses prévisions de croissance.

Moins de croissance et plus de déficit que prévu : c'est fort de ces nouvelles perspectives économiques que le gouvernement français a présenté, mecredi 11 septembre, les grandes lignes de son projet de loi de Finances 2014. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé, à l'issue du Conseil des ministres, que le budget de l'année prochaine allait prévoir des économies d'une montant "sans précédent" de 15 milliards d'euros.

Un effort budgétaire qui aurait été rendu nécessaire par des perspectives économiques moins encourageantes que prévues, comme l'a souligné le ministre de l'Économie Pierre Moscovoci. La prévision de croissance pour 2014 a ainsi été abaissée à 0,9% au lieu des 1,2% sur lesquels Bercy tablait encore au début de l'été. Même pessimisme quant aux déficits : l'objectif de passer sous la barre des 3% du PIB ne devrait pas être atteint en 2014, mais en 2015. Pierre Moscovici a reconnu que le déficit public serait de 4,1% à la fin de cette année et devrait tomber à 3,6% fin 2014.

Barroso optimiste

Des mauvaises nouvelles qui interviennent alors que, le même jour, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso assurait que la page de la crise de la zone euro était tournée. Une amélioration de la situation économique qui serait, d'après lui, à mettre sur le compte des politiques d'austérité menées dans la quasi-totalité des pays européens.

Si Paris a donc reconnu que la France devrait encore continuer à vivre à l'heure de la rigueur l'année prochaine, le gouvernement a souligné que l'effort budgétaire passerait moins, cette fois-ci, par une augmentation des impôts. "Il est nécessaire de tendre vers la stabilisation des prélèvements obligatoires", a ainsi affirmé Pierre Moscovici. Son collègue du Budget, Bernard Caseneuve, a souligné que la pression fiscale supplémentaire ne serait que de 3 millliards d'euros en 2014, soit moitié moins que ce que Bercy avait laissé entendre avant l'été. 

Il n'y aura pas de hausses de prélèvements sur les entreprises et aucune hausse non plus pour les ménages hors le relèvement prévu de la TVA, selon le ministère de l'Économie et des Finances. L'essentiel des 15 milliards d'économies que le gouvernement veut réaliser en 2014 passerait donc par une réduction des dépenses.

Avec dépêches

Première publication : 11/09/2013

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En France, le secteur marchand a détruit près de 140 000 emplois en un an

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Tondus, ces patrons français qui font la grêve de l'impôt

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France devrait ralentir le rythme des efforts budgétaires, selon le FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)