Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Paris prévoit plus d'économies et moins de croissance pour 2014

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2013

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'un effort "sans précédent" de 15 milliards d'euros allait être inscrit dans le budget de 2014 alors que le gouvernement a revu à la baisse ses prévisions de croissance.

Moins de croissance et plus de déficit que prévu : c'est fort de ces nouvelles perspectives économiques que le gouvernement français a présenté, mecredi 11 septembre, les grandes lignes de son projet de loi de Finances 2014. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé, à l'issue du Conseil des ministres, que le budget de l'année prochaine allait prévoir des économies d'une montant "sans précédent" de 15 milliards d'euros.

Un effort budgétaire qui aurait été rendu nécessaire par des perspectives économiques moins encourageantes que prévues, comme l'a souligné le ministre de l'Économie Pierre Moscovoci. La prévision de croissance pour 2014 a ainsi été abaissée à 0,9% au lieu des 1,2% sur lesquels Bercy tablait encore au début de l'été. Même pessimisme quant aux déficits : l'objectif de passer sous la barre des 3% du PIB ne devrait pas être atteint en 2014, mais en 2015. Pierre Moscovici a reconnu que le déficit public serait de 4,1% à la fin de cette année et devrait tomber à 3,6% fin 2014.

Barroso optimiste

Des mauvaises nouvelles qui interviennent alors que, le même jour, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso assurait que la page de la crise de la zone euro était tournée. Une amélioration de la situation économique qui serait, d'après lui, à mettre sur le compte des politiques d'austérité menées dans la quasi-totalité des pays européens.

Si Paris a donc reconnu que la France devrait encore continuer à vivre à l'heure de la rigueur l'année prochaine, le gouvernement a souligné que l'effort budgétaire passerait moins, cette fois-ci, par une augmentation des impôts. "Il est nécessaire de tendre vers la stabilisation des prélèvements obligatoires", a ainsi affirmé Pierre Moscovici. Son collègue du Budget, Bernard Caseneuve, a souligné que la pression fiscale supplémentaire ne serait que de 3 millliards d'euros en 2014, soit moitié moins que ce que Bercy avait laissé entendre avant l'été. 

Il n'y aura pas de hausses de prélèvements sur les entreprises et aucune hausse non plus pour les ménages hors le relèvement prévu de la TVA, selon le ministère de l'Économie et des Finances. L'essentiel des 15 milliards d'économies que le gouvernement veut réaliser en 2014 passerait donc par une réduction des dépenses.

Avec dépêches

Première publication : 11/09/2013

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En France, le secteur marchand a détruit près de 140 000 emplois en un an

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Tondus, ces patrons français qui font la grêve de l'impôt

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France devrait ralentir le rythme des efforts budgétaires, selon le FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)