Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : la perspective de frappes s’éloigne, les Damascènes soulagés

© FRANCE 24 | Le Rawda café.

Vidéo par Lucy FIELDER - Sélim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2013

Dans les quartiers pro-régime de Damas, l'initiative russe sur la Syrie est accueillie avec soulagement. Si le risque de frappes occidentales s'éloigne, certains habitants restent sceptiques quant à la suite des événements.

Musleh Saleh a les larmes aux yeux. "Oui j’ai pleuré en apprenant la nouvelle", avoue-t-il. "Bien sûr que j’ai été soulagé quand le risque de frappe sur la Syrie s’est éloigné", déclare le Damascène au micro de FRANCE 24. La Russie a en effet proposé lundi 9 septembre à son allié syrien de placer son stock d'armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une proposition acceptée par Damas et suite à laquelle le président américain Barack Obama a décidé de reporter les frappes.

La majorité des habitants de la capitale ont accueilli avec soulagement l’initiative russe. "Ces derniers jours, nous avions le sentiment que la Syrie allait être détruite. Nos enfants pleuraient tous les jours à cause de la situation du pays", explique encore Musleh Saleh.

"En tant que citoyen syrien, je suis inquiet"

Après la vive tension dans laquelle les habitants de Damas ont vécu ces dernières semaines en raison de la menace imminente de frappes contre le régime de Bachar al-Assad, ils semblent enfin pouvoir respirer. En témoigne l'agitation dans les rues du centre de la capitale, où une grande partie de la population soutient le régime.

Au Rawda café, un des hauts lieux de l'intelligentsia damascène, on joue aux cartes en discutant du jeu des puissances occidentales. Mais certains sont sceptiques sur l’issue qu’aura cette initiative, comme Nawar Awad, analyste au Centre syrien de recherche politique. Il craint qu’elle ne suffise pas à faire évoluer la position des États-Unis.

"Leur réponse ne sera pas liée à cette initiative et à ses conséquences sur la Syrie. Elle dépendra de ses implications sur le rôle des États-Unis sur la scène internationale", estime-t-il. "En tant que citoyen syrien, je suis inquiet car je sais que, contrairement à ce qu'ils affirment, leur réaction ne dépendra pas de mes intérêts", poursuit le jeune homme.
 

Première publication : 11/09/2013

  • SYRIE

    Damas se dit prêt à renoncer à son arsenal chimique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Moscou juge "inacceptable" le projet de résolution de la France sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : Pour l'opposant Michel Kilo, "il ne reste aujourd’hui que la solution militaire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)