Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : la perspective de frappes s’éloigne, les Damascènes soulagés

© FRANCE 24 | Le Rawda café.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2013

Dans les quartiers pro-régime de Damas, l'initiative russe sur la Syrie est accueillie avec soulagement. Si le risque de frappes occidentales s'éloigne, certains habitants restent sceptiques quant à la suite des événements.

Musleh Saleh a les larmes aux yeux. "Oui j’ai pleuré en apprenant la nouvelle", avoue-t-il. "Bien sûr que j’ai été soulagé quand le risque de frappe sur la Syrie s’est éloigné", déclare le Damascène au micro de FRANCE 24. La Russie a en effet proposé lundi 9 septembre à son allié syrien de placer son stock d'armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une proposition acceptée par Damas et suite à laquelle le président américain Barack Obama a décidé de reporter les frappes.

La majorité des habitants de la capitale ont accueilli avec soulagement l’initiative russe. "Ces derniers jours, nous avions le sentiment que la Syrie allait être détruite. Nos enfants pleuraient tous les jours à cause de la situation du pays", explique encore Musleh Saleh.

"En tant que citoyen syrien, je suis inquiet"

Après la vive tension dans laquelle les habitants de Damas ont vécu ces dernières semaines en raison de la menace imminente de frappes contre le régime de Bachar al-Assad, ils semblent enfin pouvoir respirer. En témoigne l'agitation dans les rues du centre de la capitale, où une grande partie de la population soutient le régime.

Au Rawda café, un des hauts lieux de l'intelligentsia damascène, on joue aux cartes en discutant du jeu des puissances occidentales. Mais certains sont sceptiques sur l’issue qu’aura cette initiative, comme Nawar Awad, analyste au Centre syrien de recherche politique. Il craint qu’elle ne suffise pas à faire évoluer la position des États-Unis.

"Leur réponse ne sera pas liée à cette initiative et à ses conséquences sur la Syrie. Elle dépendra de ses implications sur le rôle des États-Unis sur la scène internationale", estime-t-il. "En tant que citoyen syrien, je suis inquiet car je sais que, contrairement à ce qu'ils affirment, leur réaction ne dépendra pas de mes intérêts", poursuit le jeune homme.
 

Première publication : 11/09/2013

  • SYRIE

    Damas se dit prêt à renoncer à son arsenal chimique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Moscou juge "inacceptable" le projet de résolution de la France sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : Pour l'opposant Michel Kilo, "il ne reste aujourd’hui que la solution militaire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)