Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Asie - pacifique

Combats entre les forces gouvernementales et des rebelles musulmans

© AFP

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/09/2013

De violents combats se poursuivent depuis quatre jours dans le sud des Philippines entre les forces du gouvernement et des indépendantistes musulmans. Ces derniers retiennent toujours une centaine d'otages.

Les combats se poursuivaient, jeudi 12 septembre, dans le sud des Philippines entre les forces gouvernementales et des rebelles d'un mouvement indépendandiste musulman, qui retiennent toujours une centaine d'otage, au quatrième jour de leur attaque.

Les soldats encerclent les insurgés, réfugiés dans des quartiers et des villages autour de Zamboanga, une ville portuaire de près d'un million d'habitants sur l'île de Mindanao (sud). Les rebelles répliquaient à l'avancée des troupes par des coups de feu et des tirs de mortier, selon un journaliste de l'AFP.

Faire dérailler les pourparlers de paix

Les rebelles, quelque 180 hommes, appartiennent au Front moro de libération nationale (MNLF), qui ont débarqué sur la côte lundi à l'aube, pour déclarer l'indépendance de cette région.

Les hommes du MNLF, qui se réclament du fondateur du mouvement Nur Misuari, souhaitent avec cette attaque faire dérailler les pourparlers de paix actuellement en cours entre des mouvements indépendantistes musulmans, notamment le Front moro de libération islamique, et Manille.

Le MNLF avait signé un accord de paix avec le gouvernement en 1996 mais il s'estime marginalisé par les derniers pourparlers. Il a donc déclaré "l'indépendance" des régions du sud à forte population musulmane dans ce pays majoritairement catholique, et appelé ses hommes à prendre d'assaut les bâtiments publics.

Fuite des habitants en raison des combats
 
Les hommes du MNLF retiennent en otage des dizaines de civils, au moins 80 selon les estimations des autorités.

"Nous essayons de faire en sorte qu'aucun rebelle ne puisse s'enfuir", a déclaré à l'AFP Ramon Zagala, un porte-parole de l'armée. Des centaines de soldats d'élite et des policiers arrivés en renfort ont encerclé les quelque 180 membres du MNLF.

"Nous ne pouvons mener d'actions offensives en raison des otages", a ajouté Ramon Zagala. La veille, les rebelles avaient tiré sur les soldats en se protégeant derrière les otages, attachés par des cordes et qui imploraient pour leur vie.

La ville de Zamboanga est quasi-déserte depuis les débuts de l'attaque lundi: aucun passant dans les rues et des gardes lourdements armés devant les bâtiments officiels et administratifs. Quelque 13 000 habitants ont quitté leur maison.

Avec dépêches

 

Première publication : 12/09/2013

  • PHILIPPINES

    Les rebelles musulmans et le gouvernement philippin signent un accord de paix

    En savoir plus

  • PHILIPPINES

    Philippines : Manille s’apprête à faire la paix avec les séparatistes musulmans

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)