Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Assad accepte la mise sous contrôle international de son arsenal chimique

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/09/2013

Bachar al-Assad a confirmé lors d'une interview à la télévision russe que la Syrie placerait son arsenal chimique sous contrôle international, conformément à la proposition de Moscou. Il nie avoir cédé aux pressions américaines.

Dans une interview, jeudi, à la télévision russe, le président syrien a déclaré qu'il acceptait la mise sous contrôle international de son arsenal chimique, comme le lui proposait Moscou, son fidèle allié. Il réfute cependant avoir cédé aux pressions de Washington et appelle les États-Unis à cesser leurs menaces.

L'ONU a reçu la demande de Damas à la convention sur l'interdiction des armes

L'ONU a annoncé avoir reçu la demande de Damas qui souhaite signer la Convention internationale sur l'interdiction des armes chimiques.

"Au cours des dernières heures, nous avons reçu un document de la part du gouvernement syrien qui est en cours de traduction, qui doit être un document d'adhésion à la Convention sur les armes chimiques", a déclaré un porte-parole de l'ONU, Farhan Haq.

 

"La Syrie place ses armes chimiques sous contrôle international à cause de la Russie. Les menaces américaines n'ont pas influencé cette décision", a déclaré Bachar al-Assad, selon des propos rapportés par l'agence Interfax. Il a également indiqué que Damas allait envoyer des documents à l'ONU en vue d'un accord.

La télévision russe n'a pas donné plus de détails sur le contenu de cette interview, se contentant d'indiquer qu'elle serait diffusée "prochainement".

"Une chance pour la paix"

Les États-Unis menaçaient depuis plusieurs jours de recourir à la force après l'attaque chimique du 21 août qui a fait plusieurs centaines de victimes dans un faubourg de Damas. La perspective de frappes s'était toutefois éloignée depuis que la Russie a proposé à la Syrie de placer ses armes chimiques sous contrôle international et de les détruire, selon un plan qui doit être discuté plus tard dans la journée par les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et américain John Kerry, à Genève.

"Il y a une chance pour la paix en Syrie et il ne faut pas la laisser passer", a jugé à ce titre Sergueï Lavrov. Montrant patte blanche, les Russes ont d’ailleurs transmis aux Américains un plan en quatre étapes. La première est l'adhésion de Damas à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), révèle le quotidien russe "Kommersant". La Syrie devrait ensuite indiquer la localisation de son arsenal, évalué par certains experts à 1 000 tonnes, y autoriser l'accès aux inspecteurs de l'OIAC, avant de décider de la manière de le détruire.

Avec dépêches

Première publication : 12/09/2013

  • SYRIE

    Syrie : ce que dit le plan russe de contrôle des armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Poutine met en garde Obama avant le sommet américano-russe

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    En pleine crise syrienne, Moscou veut rediscuter armement avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)