Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Moyen-orient

Assad accepte la mise sous contrôle international de son arsenal chimique

© AFP

Vidéo par Stanislas DE SAINT HIPPOLYTE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/09/2013

Bachar al-Assad a confirmé lors d'une interview à la télévision russe que la Syrie placerait son arsenal chimique sous contrôle international, conformément à la proposition de Moscou. Il nie avoir cédé aux pressions américaines.

Dans une interview, jeudi, à la télévision russe, le président syrien a déclaré qu'il acceptait la mise sous contrôle international de son arsenal chimique, comme le lui proposait Moscou, son fidèle allié. Il réfute cependant avoir cédé aux pressions de Washington et appelle les États-Unis à cesser leurs menaces.

L'ONU a reçu la demande de Damas à la convention sur l'interdiction des armes

L'ONU a annoncé avoir reçu la demande de Damas qui souhaite signer la Convention internationale sur l'interdiction des armes chimiques.

"Au cours des dernières heures, nous avons reçu un document de la part du gouvernement syrien qui est en cours de traduction, qui doit être un document d'adhésion à la Convention sur les armes chimiques", a déclaré un porte-parole de l'ONU, Farhan Haq.

 

"La Syrie place ses armes chimiques sous contrôle international à cause de la Russie. Les menaces américaines n'ont pas influencé cette décision", a déclaré Bachar al-Assad, selon des propos rapportés par l'agence Interfax. Il a également indiqué que Damas allait envoyer des documents à l'ONU en vue d'un accord.

La télévision russe n'a pas donné plus de détails sur le contenu de cette interview, se contentant d'indiquer qu'elle serait diffusée "prochainement".

"Une chance pour la paix"

Les États-Unis menaçaient depuis plusieurs jours de recourir à la force après l'attaque chimique du 21 août qui a fait plusieurs centaines de victimes dans un faubourg de Damas. La perspective de frappes s'était toutefois éloignée depuis que la Russie a proposé à la Syrie de placer ses armes chimiques sous contrôle international et de les détruire, selon un plan qui doit être discuté plus tard dans la journée par les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et américain John Kerry, à Genève.

"Il y a une chance pour la paix en Syrie et il ne faut pas la laisser passer", a jugé à ce titre Sergueï Lavrov. Montrant patte blanche, les Russes ont d’ailleurs transmis aux Américains un plan en quatre étapes. La première est l'adhésion de Damas à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), révèle le quotidien russe "Kommersant". La Syrie devrait ensuite indiquer la localisation de son arsenal, évalué par certains experts à 1 000 tonnes, y autoriser l'accès aux inspecteurs de l'OIAC, avant de décider de la manière de le détruire.

Avec dépêches

Première publication : 12/09/2013

  • SYRIE

    Syrie : ce que dit le plan russe de contrôle des armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Poutine met en garde Obama avant le sommet américano-russe

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    En pleine crise syrienne, Moscou veut rediscuter armement avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)