Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : le président Djotodia annonce la dissolution de la Séléka

© AFP | Le président Michel Djotodia lors de sa prestation de serment, le 18 août

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/09/2013

Alors que des combats entre les forces du nouveau régime et les partisans de l’ex-président Bozizé ont fait près de 100 morts dimanche et lundi, le président Michel Djotidia a annoncé vendredi la dissolution de la coalition Séléka.

Le président de transition centrafricain, Michel Djotodia, a annoncé vendredi la dissolution immédiate de la coalition Séléka (l'"alliance", en langue sango), dans une déclaration au palais présidentiel à Bangui. Ce groupe hétéroclite de rébellions et de groupes armés avait renversé sous sa direction le président François Bozizé.

"À compter de ce jour, la coalition rebelle Séléka et la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP, rébellion dont une faction est alliée au Séléka) n'existent plus. Elles sont dissoutes", a déclaré en langue nationale sango Michel Djotodia à l'issue d'une réunion consacrée à la crise dans son pays. "Tous ceux qui vont continuer à se réclamer de ces entités seront considérés comme des bandits", a-t-il ajouté sans aucune précision sur la manière dont cette dissolution sera mise en œuvre. Selon une source proche de la présidence, des textes précisant cette décision devraient être publiés prochainement.

Les dérives de l'"Alliance"

La coalition Séléka compte environ 25 000 combattants, dont 20 000 ralliés "de la dernière heure" au moment de la prise de la capitale Bangui le 24 mars, selon des estimations du nouveau régime. Nombre de ces hommes n'obéissent qu'à leurs chefs directs, qui se sont taillés des fiefs en province et à Bangui, comme ont pu le constater des journalistes de l'AFP. Des combattants - "incontrôlés" selon les autorités - sont accusés de multiples exactions, de violences et de pillages à répétition contre la population.

Évoquant la situation dans la région de Bossangoa (250 km au nord-ouest de Bangui), où de violents affrontements entre forces du nouveau régime et partisans du général Bozizé ont fait près de 100 morts dimanche et lundi, selon la présidence, Michel Djotodia a affirmé qu'il "n'y avait pas eu de combats". "Il n'y a eu aucun combat dans la région de Bossangoa", a-t-il déclaré, ajoutant : "Les assaillants sont plutôt venus avec un objectif précis : s'en prendre à un groupe donné de la population et faire des civils des boucliers humains en cas de riposte des forces de défense et de sécurité." 

Des combats confessionnels, selon la présidence

Selon la présidence, les partisans de l'ex-président s'en sont pris aux habitants de confession musulmane. Michel Djotodia est le premier président musulman d'un pays très majoritairement chrétien. "Des familles de confession musulmane ont été massacrées, des maisons et des greniers incendiés, poussant la population civile à fuir pour se réfugier en brousse. En représailles, des personnes innocentes ont été tuées", s'est insurgé mercredi le Premier ministre, Nicolas Tiangaye, lors d'une conférence de presse.

Selon Médecins sans frontières (MSF), des "atrocités ont été commises par les deux parties au conflit", lors de ces affrontements. MSF a également dénoncé mercredi la "rhétorique sectaire incendiaire" de certains combattants. Ces affrontements ont encore aggravé une situation humanitaire et sécuritaire déjà chaotique dans le pays depuis la prise du pouvoir par le Séléka.

Avec dépêches
 

Première publication : 13/09/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Des combats entre la Séléka et les pro-Bozizé font près de 100 morts

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE - AFRIQUE DU SUD

    François Bozizé : "Jacob Zuma n’a pas tenu ses promesses"

    En savoir plus

  • L'aéroport de Bangui occupé en réaction aux violences de la Séléka

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)