Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

SPORT

Quand le Barça porte plainte contre le Barça

© www.fcbarcelona.com

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 13/09/2013

Le club espagnol du FC Barcelone a déposé une plainte contre le club équatorien du Barcelona Sporting Club de Guayaquil pour l'utilisation commerciale de sa marque. Cette équipe, créée en 1925, possède le même nom et un logo similaire.

Le FC Barcelone n’aime pas seulement remporter des titres sur le terrain footballistique. Deuxième club de football le plus riche au monde (483 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011-2013) derrière le Real Madrid, le Barça est également très combatif lorsqu'il s'agit de préserver au mieux ses intérêts financiers. Les dirigeants catalans ont ainsi décidé de porter plainte contre leur club jumeau, le Barcelona Sporting Club de Guayaquil en Équateur, pour utilisation commerciale de sa marque.

Comme le rapporte le quotidien sportif espagnol "Marca", cette affaire a débuté il y a plusieurs mois lorsque le FC Barcelone a lancé des démarches dans les différents pays du continent sud-américain, où il jouit d’une grande popularité, pour faire enregistrer son logo et récolter le produit des ventes de merchandising. "Tout allait bien jusqu’au jour où le Barça a atteint l’Équateur. Le club espagnol a alors découvert un rival direct : le Barcelona de Guayaquil", indique le journal.

À gauche, le logo du Barcelona Sporting Club. À droite, celui du FC Barcelona.

Une copie conforme

Créée en 1925 par des migrants catalans, supporters du FC Barcelone, cette équipe sud-américaine affiche le même nom que son homologue ibérique, mais aussi un logo presque similaire. Même s’il ne nie pas cette filiation, le club sud-américain, 14 fois champion d’Équateur, n’entend pas se faire dépouiller de son identité. Face aux assauts juridiques du FC Barcelone, le Barcelona Sporting Club a ainsi déposé un recours auprès de l’Institut équatorien de la propriété intellectuelle (IEPE).

"En ce qui concerne la marque Barcelona en Équateur, le seul et légitime propriétaire est le Barcelona Sporting Club et cela est enregistré auprès de l'IEPE", a expliqué le club équatorien dans un communiqué publié sur son site. "Nous allons continuer à défendre les intérêts de notre institution", peut-on lire également dans le document. Malgré ce recours, le club équatorien espère ne pas aller jusqu’en justice et trouver une solution plus pacifique.

Comme le résume Flavio Arosemena, l’avocat du FC Barcelona Sporting Club, dans les pages du journal équatorien "El Diaro", ce conflit n’a pas de raison d’être car selon lui, "il est de notoriété publique que le terme Barcelona fait référence dans le pays à l’équipe équatorienne, tandis que celui de Barça ou Barcelona d’Espagne représente le club espagnol".

Première publication : 13/09/2013

  • FOOTBALL

    Premier trophée pour le Barça qui remporte la Super Coupe d’Espagne

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Liga : un début de saison en fanfare pour le FC Barcelone contre Levante

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Lionel Messi, le footballeur qui vaut 580 millions d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)