Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

L'adversaire d'Angela Merkel met un doigt d'honneur à réveiller la campagne

© Capture d'écran - Süddeutsche Zeitung

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/09/2013

Peer Steinbrück, le candidat social-démocrate aux législatives allemandes, a provoqué un tollé en s’autorisant un doigt d’honneur sur une photo paru en une d'un journal. Bourde ou dérapage calculé pour réveiller une campagne où il est donné perdant ?

Un petit doigt d’humour dans une campagne allemande par ailleurs bien terne ou le dérapage de trop pour un candidat en mal d’intentions de vote ? La photo en une, vendredi 13 septembre, du supplément magazine du quotidien allemand "Süddeutsche Zeitung" sur laquelle Peer Steinbrück, le candidat des sociaux démocrates du SPD, fait un doigt d’honneur a déclenché un ouragan médiatico-politique à une semaine des élections générales.

La une du supplément magazine du quotidien Süddeutsche Zeitung

Les alliés politiques d’Angela Merkel, qui est quasiment assurée de conserver son poste de chancelière, se sont jetés sur l’occasion pour enfoncer un peu plus le champion de l’opposition. Le ministre libéral de l’Économie et vice-chancelier, Philip Rössler a, ainsi, déclaré, vendredi, que “ce n’est pas un geste digne d’un candidat au poste de chancelier, ce n’est pas possible de faire ça”. Même les Verts, pourtant alliés traditionnels des socialistes allemands, ont pris leur distance avec le geste provocateur de Peer Steinbrück. “Ce n’est pas mon style”, a fait remarquer Katrin Göring-Eckardt, chef de file des écolos allemands.

Le SPD, de son côté, a eu du mal à assumer ce cliché. À tel point que le porte-parole de la campagne du candidat social-démocrate aurait, d’après la "Süddeutsche Zeitung", appelé jeudi soir le journal pour essayer d’en empêcher la parution. Mais, précise le quotidien de Munich, Peer Steinbrück en personne est intervenu pour que la photo voit le jour.

Doigt d’honneur ou doigt à l’honneur ?

Pour expliquer son geste, le héraut de la gauche allemande a tenté de remettre les choses dans leur contexte. “Parler franchement n’a pas toujours besoin de mot. Par exemple, quand on est constamment interrogé sur des choses ennuyeuses au lieu d’être interpellé sur les questions vraiment importantes”, a-t-il asséné. Cette photo qui est parue dans le cadre d’une interview “muette”, un exercice que la "Süddeutsche Zeitung" fait régulièrement subir à des personnalités politiques, représente, ainsi, la réponse du candidat à l’énumération par le journal de tous les sobriquets plus ou moins aimables dont Peer Steinbrück a été affublés. “Il a montré ses émotions de façon ironique dans une interview-photo ironique”, a renchéri Sigmar Gabriel, le président du SPD.

Reste que ce dérapage gestuel colle bien avec l’image d’homme spontané au franc parler assumé que Peer Steinbruck cultive depuis le début de la campagne. Le controversé doigt d’honneur pourrait très bien, à ce titre, être un geste très calculé, comme le suggère le quotidien conservateur "Frankfurter Allgemeine". Il a, en tout cas, atteint un but qui pourrait servir au candidat du SPD : depuis 24 heures, le doigt de Peer Steinbrück est le roi incontesté des réseaux sociaux allemands. Un faux compte Twitter, @peersfinger, a même été créé et un blog recense les détournements à la chaîne du désormais célèbre geste de Peer Steinbruck.

Sur le Tumblr "les aventures du doigt de Peer Steinbrück"

Le principal opposant à Angela Merkel a peut-être estimé que la devise “une mauvaise pub vaut mieux que pas de pub du tout” pouvait également s’appliquer au jeu politique. Avec près de 20 points de retard dans les sondages sur la chancelière sortante, Peer Steinbrück a, en tout cas, dû se dire qu’il fallait faire quelque chose pour secouer la campagne.

Première publication : 13/09/2013

  • ALLEMAGNE

    Steinbrück et Merkel s'opposent sur la crise de la zone euro lors d'un débat télévisé

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    La crise grecque tire la campagne électorale allemande de la léthargie

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    "Les Allemands sont perçus comme les bons citoyens du monde"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)