Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Martin vainqueur de la 9e étape, le Français Gallopin en jaune

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Amériques

John McCain : "L'inaction américaine sur le cas syrien est gênante pour Hollande"

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/09/2013

Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le sénateur américain, favorable à des frappes en Syrie, a salué le soutien du président français et estimé que l’inaction américaine avait mis ce dernier dans une "position politique inconfortable".

Dans un entretien exclusif accordé vendredi à FRANCE 24, le sénateur républicain américain John McCain, qui fait partie des 10 membres de la commission des affaires étrangères au Sénat à avoir voté en faveur d’une résolution pour une intervention militaire en Syrie, a déclaré que les hésitations d'Obama étaient embarrassantes pour François Hollande.

“J’apprécie le soutien de François Hollande”

Le président américain, qui à la surprise générale avait demandé un vote du Congrès sur d'éventuelles frappes contre le régime de Bachar al-Assad, a repoussé ce vote suite à la proposition russe de mettre les armes chimiques syriennes sous contrôle international. La France, qui était apparue comme unique allié des Américains, se retrouve dans "une position inconfortable" selon le sénateur.

L'ancien adversaire de Barack Obama en 2008 a salué la volonté de la France de participer à une éventuelle action internationale en Syrie. "J’apprécie le soutien de Monsieur Hollande", a-t-il déclaré. "Mais je pense aussi que cela peut l'avoir mis dans une position politique inconfortable après qu'il eût exprimé fermement son soutien... et puis il y a eu ce rétropédalage [avec le vote du Congrès, NDLR]."

"Nous devrions aborder le départ négocié d'Assad"

John Mc Cain a par ailleurs indiqué qu'il craignait que la cristallisation internationale récente sur les armes chimiques ait donné l’avantage à Assad pour utiliser des armes conventionnelles sur le terrain.

“Nous cherchons tous une solution pacifique, non violente, à ce conflit. Mais je dois dire que je suis extrêmement sceptique sur le fait que quoi que ce soit de bon en ressorte parce que je pense que Bachar al-Assad a le dessus sur le terrain", explique McCain. "En outre, les États-Unis semblent être plus impliqués dans la question précise de l'élimination des armes chimiques que dans la question générale que je pense que nous devrions aborder : le départ négocié de Bachar al-Assad."

"Je crains que le scenario de loin le plus probable, c'est que l'on continue à piétiner. Il y a des discussions - qui n'aboutissent pas - plusieurs requêtes ont été faites... et pendant ce temps, Bachar al-Assad intensifie ses attaques sur l'armée syrienne libre."

Ces remarques de McCain intervenaient alors que le secrétaire d’État John Kerry et son homologue russe Sergeï Lavrov poursuivaient leurs discussions à Genève pour essayer de trouver un accord sur l’élimination des armes chimiques syriennes.

Samedi, les chefs des diplomaties russe et américaine sont parvenus à un accord sur un plan d'élimination des armes chimiques en Syrie d'ici à la mi-2014.

Première publication : 14/09/2013

  • SYRIE

    Accord entre les États-Unis et la Russie sur les armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : Ban Ki-moon évoque le rapport des experts sur FRANCE 24

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime syrien a-t-il déplacé son arsenal chimique ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)