Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

Le nombre de "likes" de la page Facebook en soutien au bijoutier niçois suscite des doutes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/09/2013

La page Facebook "Soutien au bijoutier de Nice" - qui a abattu son agresseur après un braquage mercredi - revendique plus d'un million de "likes". L'ampleur du chiffre suscite des doutes. Certains émettent l'hypothèse d'un possible achat de "likes".

Plus d'un millions de fans en quelques jours sur la page Facebook de "Soutien au bijoutier de Nice", mis en examen pour homicide volontaire vendredi 13 septembre après avoir tué un cambrioleur deux jours plus tôt. L’ampleur de ce chiffre a suscité le débat et fait naître des doutes. Sur cette page, la majorité des internautes dénonce un "État démissionnaire de sa mission de protection des citoyens". "Malheureusement nous vivons dans un pays où si l'on veut que justice soit faite, c'est à nous de la faire", écrit l'un des visiteurs, tandis qu'un autre estime que "le braqueur a mérité son sort".

De nombreux utilisateurs de Twitter ont relevé vendredi et samedi la vitesse à laquelle le nombre de "likes" (action par laquelle on signifie qu'on "aime" une page sur Facebook) s'est accru. Certains semblent douter du caractère réel de cette vague de soutien et émettent l'hypothèse que des "likes" aient été achetés. Partisan de cette idée, le blogueur @sebmusset a tweeté, en se basant sur SocialBakers, un site d'analyse de statistique des pages Facebook : "80% des likes (945 000) du groupe de soutien au bijoutier viennent de l'étranger #arnaque".

Une hypothèse rejetée par Guilhem Fouetillou (@gfouetil), professeur associé à Sciences Po et fondateur d'un institut d'analyse des conversations sur le web. "Au prix du marché noir, 950 000 likes coûteraient 15 000 dollars. Un tel investissement est peu probable", a-t-il relevé dans un tweet. Plusieurs autres utilisateurs de Twitter ont observé que le nombre de personnes commentant des statuts sur la page ou cliquant sur le bouton "j'aime" sur ces statuts était largement en corrélation avec le nombre global de 1,2 million de "likes".

Le bijoutier niçois, qui avait tué mercredi 11 septembre l'un de ses agresseurs, a été mis en examen vendredi pour homicide volontaire et assigné à résidence avec bracelet électronique. Le voleur de 18 ans a été mortellement blessé d'une balle dans le dos. Le commerçant, âgé de 67 ans, dont le casier judiciaire est vierge, a contesté avoir agi volontairement.

Samedi, en marge de l'université du Front national à Marseille, la présidente du FN Marine Le Pen a estimé que le bijoutier était "peut-être victime du laxisme de l'État". Également présent à Marseille, le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, a assuré pour sa part qu'il aurait agi comme le bijoutier.

Un rassemblement devrait être organisé lundi à Nice par des commerçants pour exprimer leur solidarité et dénoncer "les agressions en général".

Avec dépêches

 

Première publication : 14/09/2013

  • FAIT DIVERS

    Vague de soutien sur les réseaux sociaux pour le bijoutier niçois qui a abattu son braqueur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)