Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Moyen-orient

Pourparlers sur la Syrie à Genève : progrès en vue entre Moscou et Washington

© AFP | Sergueï Lavrov et John Kerry

Vidéo par Cécile GALLUCCIO , Inès OLHAGARAY , Shirli SITBON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/09/2013

Les négociations sur la Syrie sont entrées dans une "phase décisive" samedi à Genève, selon de hauts responsables américains. Moscou et Washington tentent depuis jeudi de trouver un accord sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien.

Alors que les États-Unis et la Russie entament samedi 14 septembre leur troisième journée de pourparlers sur la Syrie à Genève, il semble que les négociations soient entrées dans une phase "décisive", synonyme de progrès.

Vendredi, tout au long de la journée, le Secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov ont multiplié les entretiens, accompagnés ou non de leurs experts en désarmement, pour tenter de trouver un accord sur les modalités d'un démantèlement de l'arsenal chimique syrien. "Nous sommes clairement arrivés à un moment décisif", a souligné à Genève un haut responsable américain.

Les deux parties "ont fait des progrès vers un accord sur l'évaluation du stock d'armes chimiques", a-t-il précisé. Les États-Unis estiment à plus de 1 000 tonnes cet arsenal composé entre autres de gaz sarin ou moutarde, soit un chiffre plus élevé que les estimations russes, selon ce responsable.

Ban Ki-moon sceptique

Ban Ki-moon à FRANCE24 : "la communauté internationale doit prendre des décisions fermes"

Dans le même temps, les déclarations du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a jeté une ombre sur ces négociations. Le diplomate a en effet affirmé que le rapport des experts des Nations unies – attendu lundi 16 septembre - "va conclure de manière accablante" à l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, sans en attribuer directement la responsabilité au régime syrien. Mais il a clairement accusé le président Bachar al-Assad d'avoir "commis de nombreux crimes contre l'humanité" et s'est dit "persuadé que les responsables rendraient des comptes quand tout cela sera fini".

Ban Ki-moon a également dit "partager" le scepticisme de la communauté internationale sur la volonté de Damas de démanteler son arsenal chimique sous supervision internationale, comme l'a proposé Moscou. "Il est donc important que les autorités syriennes appliquent ce qu'elles ont dit de manière sincère et exacte" afin de prouver leur bonne foi, a-t-il déclaré dans une interview à FRANCE 24, dont l’intégralité sera diffusée samedi à partir de 15h30.

L'opposition syrienne ne croit pas aux promesses du régime

Autre bémol dans les négociations : le blocage de l’opposition syrienne. Alors que Lakhdar Brahimi est chargé de préparer une conférence internationale dite Genève 2 pour rechercher une solution politique, l'opposition syrienne s'est inscrite en faux vendredi sur l'idée qu'une percée sur les armes chimiques du régime permettrait d'avancer politiquement sur la paix dans le pays.

"Les promesses faites par le régime syrien" pour placer sous contrôle international ses armes chimiques "ne sont que de nouvelles tentatives pour tromper la communauté internationale et l'empêcher de le punir pour ses crimes", a déclaré la Coalition nationale de l'opposition syrienne dans un communiqué.

Avec dépêches

Première publication : 14/09/2013

  • ARMES CHIMIQUES

    Ban Ki-moon accuse Bachar al-Assad de "nombreux crimes contre l’humanité"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Syrie : Washington et Moscou se donnent rendez-vous à la fin du mois

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime syrien a-t-il déplacé son arsenal chimique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)