Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Italie : des mesures concrètes pour améliorer l'accueil des demandeurs d'asile

En savoir plus

FACE À FACE

Loi asile et immigration : un texte qui divise la majorité présidentielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les femmes à l'honneur de la Berlinale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"D'Alep à la Ghouta, l'histoire se répète"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Venezuela a lancé le "petro", sa cryptomonnaie officielle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et en même temps j'expulse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin : une guerre sans images

En savoir plus

FRANCE

Vague de soutien sur les réseaux sociaux pour le bijoutier niçois qui a abattu son braqueur

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/09/2013

Sur Facebook et Twitter, certains internautes et politiques se mobilisent pour soutenir le bijoutier de Nice, braqué mercredi matin, qui a abattu son agresseur lorsqu'il prenait la fuite. Le commerçant a été mis en examen vendredi.

Près de 1 000 000 personnes sont devenues "fans" d’une page Facebook créée anonymement et intitulée "Soutien au bijoutier de Nice" depuis mercredi 11 septembre, date à laquelle un commerçant a tué un des braqueurs de son magasin. Une vague de soutien qui est arrivée jusqu’à Twitter, où un hashtag #SoutienBijoutierNice a été largement partagé. Une pétition lancée sur Internet a également recueilli quelque 40 000 signatures.

L’homme, mis en examen vendredi pour homicide volontaire et assigné à résidence sous bracelet électronique, a également reçu le soutien de certains politiques. La candidate du FN aux municipales de Nice, Marie-Christine Arnautu, a ainsi indiqué qu'elle participerait au rassemblement organisé en ville lundi par des commerçants niçois qui souhaitent "dénoncer pacifiquement les agressions contre les commerçants".

Le président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (UMP) a de son côté fait part de son "relatif soulagement" après la décision de ne pas placer le bijoutier en détention provisoire, dénonçant, à l'instar du maire de la ville Christian Estrosi (UMP), les "risques de la politique pénale du gouvernement". Il appartient désormais "au gouvernement et au législateur de réfléchir aux contours de la légitime défense, (...) lourde tâche à laquelle j'apporterai ma contribution en tant que député, en prenant une initiative parlementaire", a par ailleurs annoncé Christian Estrosi dans un communiqué.

"Hier c'était lui, demain ça peut être nous, nous sommes habitués, mais il faut que ça cesse", a estimé Jan Arin, président de la chambre syndicale des bijoutiers de la Côte d'Azur.

Trois tirs, un mortel

À 8h45 mercredi, heure de l'ouverture de "La Turquoise", sa bijouterie, Stephan Turk, 67 ans, s'est fait braquer par deux jeunes gens casqués et vêtus de noir. Sous la menace d'un fusil à pompe, ils lui ont porté des coups de poing et pied, lui demandant d'ouvrir le coffre. Le commerçant a obtempéré et les deux malfaiteurs se sont emparés de bijoux, avant de repartir sur un scooter volé de grosse cylindrée, qui a été retrouvé plus tard sur les hauteurs de Nice.

Le bijoutier, qui avait déjà fait l'objet d'un vol à la disqueuse en 2012, s’est alors saisi d’un pistolet semi-automatique et, depuis le pas de son commerce, a fait feu à trois reprises, deux fois pour immobiliser le deux-roues et une troisième fois "parce que le passager l'aurait menacé directement de son arme", a-t-il expliqué lors de sa garde à vue, selon le procureur.

Le conducteur a, lui, réussi à prendre la fuite. Un suspect avait été placé en garde à vue jeudi, mais il a été mis hors de cause.

Avec dépêches

Première publication : 14/09/2013

COMMENTAIRE(S)