Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

Moyen-orient

Accord de Genève sur la Syrie : une "première étape" selon Fabius

© Capture d'écran FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/09/2013

Le ministre français des Affaires étrangères a salué dimanche depuis Pékin, où il est en visite, l'accord russo-américain sur l'élimination des armes chimiques en Syrie. Mais la France attend le rapport de l'ONU pour arrêter sa position.

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius s'est exprimé dimanche 15 septembre à Pékin au sujet de l'accord conclu la veille par ses homologues russe et américain sur la Syrie. "C'est une avancée importante, mais c'est une première étape", a souligné le ministre français devant la presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue chinois, Wang Hi.

"Ce qui apparaissait impossible quelques jours auparavant, maintenant devient possible. En effet, il y a seulement une semaine, le régime syrien n'admettait pas qu'il soit à la tête d’un arsenal chimique de plus de 1 000 tonnes et qu’il y ait eu un massacre chimique le 21 août. Une semaine plus tard, les choses ont heureusement bougé et il faut s’en feliciter."

"Il est prévu, dans le cadre du chapitre 7, que s'il y a des actes qui ne sont pas conformes avec les engagements, le Conseil de sécurité devra être saisi. Il n'y aura pas de sanction automatique mais il y aura un recours automatique au Conseil de sécurité par le chapitre 7. Le plus important c'est de suivre d'une manière extrêmement précise l'application des engagements pris et s'il y a dérives par rapport à ces engagements, il y aura immédiatement réaction" a encore affirmé Laurent Fabius.

La suite à donner à cette avancée est, selon le chef de la diplomatie française, de renforcer l'opposition syrienne modérée, pas les "terroristes". Samedi, il avait indiqué que la France "tiendrait compte du rapport des inspecteurs de l'ONU publié lundi sur le massacre de Damas pour arrêter sa position".

Au terme de près de trois jours de négociations à Genève, les États-Unis et la Russie ont conclu samedi un accord prévoyant un démantèlement complet des armes chimiques détenues par le gouvernement du président Bachar al-Assad d'ici le premier semestre 2014. Ces dernières semaines, la France était partisane, aux côtés de Washington, d'une intervention militaire contre Damas. 

Avec dépêches
 

Première publication : 15/09/2013

  • SYRIE

    Deux sénateurs républicains fustigent l'accord américano-russe sur la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Accord entre les États-Unis et la Russie sur les armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

  • ENTRETIEN EXCLUSIF

    John McCain : "L'inaction américaine sur le cas syrien est gênante pour Hollande"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)