Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Moyen-orient

Ahmad Toumeh élu Premier ministre de la Coalition nationale syrienne

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/09/2013

La Coalition nationale syrienne n'a pas attendu la conférence Genève 2 pour élire son nouveau Premier ministre. C'est l'islamiste modéré Ahmad Toumeh qui a été choisi, quelques heures après l'accord américano-russe, rejeté par l'opposition syrienne.

Peu de temps après l’annonce d’un accord à Genève sur les armes chimiques du régime de Damas, la Coalition nationale syrienne (CNS) s’est dotée d’un nouveau Premier ministre par intérim. L’instance qui regroupe les principaux opposants à Bachar al-Assad a élu, samedi 14 septembre à Istanbul, un islamiste modéré, Amdah Toumeh. Objectif : affirmer la crédibilité et l’unité de la rébellion sur la scène internationale, alors que la CNS était menacée d’isolement à cause des dissenssions en son sein.

Originaire de la province de Daïr az Zour, Ahmad Toumeh, 48 ans, est le secrétaire général de la Déclaration de Damas, un groupe d'opposants historiques, qui avait contesté pacifiquement le régime d'Assad avant le début de l'insurrection en mars 2011. Cet engagement lui a valu d'être emprisonné de 2007 à 2010. Depuis le début de l'insurrection, il a de nouveau été arrêté à plusieurs reprises et contraint de quitter la Syrie cette année.

Rejet du maintien d’Assad au pouvoir

"La priorité de mon gouvernement [qui devrait être composé de 13 ministres, NDLR] sera de rétablir la stabilité dans les zones libérées, d'améliorer les conditions de vie de leurs habitants et d'assurer la sécurité", a-t-il confié après son élection.

Il a également déclaré que la CNS rejetterait tout projet de règlement de la crise syrienne qui maintiendrait Bachar al-Assad au pouvoir. L’ accord négocié quelques heures plus tôt par les États-Unis et la Russie sur le processus de destruction de l’arsenal chimique syrien est d’ailleurs vu d’un mauvais œil. Pour Khaled Khoja, membre de la CNS, cet accord "jette une ombre sur la nomination de notre Premier ministre".

"Je pense que la question du gouvernement (provisoire) ne figure pas sur leur ordre du jour", a-t-il ajouté, estimant que les États-Unis auraient préféré que ce gouvernement  émerge du processus diplomatique. Washington, comme Moscou, espèrent que l'accord sur les armes chimiques relancera la tenue d'une conférence internationale de paix dite de Genève 2. "Ils voulaient parvenir à un accord sur un gouvernement par le biais (du processus de) Genève, pas avant", a encore commenté Khoja.

Avec dépêches

Première publication : 15/09/2013

  • SYRIE

    Accord entre les États-Unis et la Russie sur les armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Reportage à Homs, ex-bastion rebelle abandonné par ses habitants

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad veut écraser la rébellion syrienne "d'une main de fer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)